• Menu
  • Menu

Jours 19-21: Ceux qui passent quelques jours chez des amis chiliens

Antofagasta, Chili.

Vendredi 23 novembre, Victor vient de nous déposer au terminal de bus de Antofagasta. Il est 6h30, nous voilà près à partir pour San Pedro de Atacama avec le bus de 7h, et à se taper environ cinq heures de bus pour atteindre notre destination. Heureusement, nous sommes reposés et contents d’avoir pu partager le quotidien de Patricia, Alejandra et Hugo !

Avant de vous raconter ces trois derniers jours passés à Antofagasta, je vais vous présenter les protagonistes afin que toi, cher/chère lecteur/trice, puisses situer qui est qui.

Patricia (Patty) est une amie que j’ai rencontrée en 2001 lors de mon séjour linguistique aux States, et j’avais été lui rendre visite l’année suivante au Chili pendant deux semaines. Nous avons gardé contact durant toutes ces années sans se revoir, jusqu’à ce qu’elle voyage en Europe cet été 2018 et nous fasse le privilège de venir en Suisse pour Ride for the Cause, événement caritatif pour lequel Camille et moi-même faisions partie du comité d’organisation. Cela faisait donc 17 ans que nous ne nous étions pas revus… Nous nous sommes retrouvés comme si de rien n’était, comme si la distance n’avait pas compté, l’amitié toujours aussi forte malgré les années ! Patty a passé quelques jours chez nous à Lausanne pour l’occasion, puis elle est repartie après l’événement, tout en nous proposant de nous accueillir au Chili si nous passions par le nord lors de notre voyage en Amérique du Sud.

Patty a une soeur et un frère plus âgés, Alejandra (Jani) et Hugo (Hugo), et tous les trois habitent ensemble à Antofagasta, avec deux petits chiens, Brunito et Tomito. C’est une famille très proche, telles que le sont souvent les famille latinos. Victor est le pololo de Jani (un mot typiquement chilien, traduisez ‘petit ami’, ‘copain’, ‘amoureux’).

Lorsqu’avec Camille nous savions que nous allions passer par San Pedro de Atacama, nous ne pouvions pas louper l’occasion de leur rendre visite. Il faut savoir que Antofagasta est à 5 heures de bus environ de San Pedro, c’est-à-dire juste à côté.

Sans réellement connaître notre programme, j’écris à Patty la veille de notre arrivée à San Pedro pour savoir si elle est d’accord de nous accueillir quelques jours. Et tout naturellement, elle nous dit que c’est possible et qu’elle nous laissera sa chambre pour les quelques jours à Antofagasta… En quelques échanges whatsapp, nous savons que nous passerons les trois prochains jours chez eux !

Jour 19: mardi 20 novembre 2018

Nous sommes arrivés hier soir à 21h34 à Antofagasta, cinquième ville du pays selon Wikipedia en nombre d’habitants. Victor est venu nous chercher au terminal de bus sur demande de Patty, car apparemment le secteur serait plutôt mal fréquenté.

Les souvenirs me reviennent petit à petit : quasi 18 ans après, je retrouve leur maison et la vue de l’océan depuis leur terrasse. Quelle émotion de se retrouver chez elle et de revoir Jani et Hugo.

Patty nous avait prévenu qu’elle se levait tôt (à 5h30) pour aller bosser et rentrait du boulot en fin de journée (à 19h30), et qu’on se reverrait dans la soirée. Les horaires de travail ne sont pas les mêmes qu’en Suisse, sans parler des distances pour se rendre de la maison au lieu de travail ! Genève-Lausanne pour eux, ce serait comme aller d’un quartier à un autre dans la même ville…

Une des créations culinaires de Jani

 

Aujourd’hui, nous nous occupons de faire notre lessive, de mettre à jour notre blog et faire une sauvegarde de nos centaines de photos jusque-là, entre autres. Nous passons la journée à l’intérieur, mais que ça fait du bien d’être posés quelques jours au même endroit pour faire tout cela. Jani est pâtissière et travaille depuis la maison. Elle prépare le dîner pour nous, Victor et Hugo nous rejoignent.

 

Ce soir, nous serons quatre, Hugo travaillant de nuit. Lorsque Patty rentre, nous nous mettons à table et mangeons quelque chose de léger. Discussions au sujet de la situation économique du pays, du job de Patty, du quotidien des Chiliens pour mieux comprendre comment vivent les gens dans le pays. Il est quasi 23h07 lorsqu’on va se coucher…

Jour 20: mercredi 21 novembre 2018

En se levant, on se dit que nous allons quand même faire quelque chose de nos journées à Antofagasta. Jani nous explique comment se rendre au centre-ville ou à la plage depuis chez eux. Il y a deux moyens de transport utilisés à Antofagasta, le moins cher étant le ‘micro‘, bus pouvant transporter une vingtaine de passagers. L’autre moyen, c’est le ‘colectivo‘, taxi pouvant accueillir 4 passagers max. Les deux font exactement le même trajet mais n’ont pas la même durée.

En attendant le micro, j’ai la bonne idée de jouer avec ma perche GoPro, voilà qu’elle tombe par terre et la vitre protégeant l’objectif se brise !!! Je croyais la GoPro incassable, mais que nenni, fake news !!! Si quelqu’un travaillant chez GoPro lit ce blog, je serai ravi de recevoir une pièce de remplacement, merci d’avance 🙂

Bref, on se rend à la plage et on s’aperçoit que juste en face de celle-ci, il y a un resto péruvien! Nous ne pouvons nous empêcher d’aller goûter une des meilleures gastronomies au monde (tout en restant le plus objectif possible bien entendu héhé) ! C’est trop bon, mais quand même un peu cher par rapport à l’Argentine. Ce n’est pas tellement une surprise, puisque la veille, Patty et Jani nous ont appris que Antofagasta est la deuxième ville la plus chère du pays de par le fait que c’est une ville qui vit des mines l’entourant, et donc avec des salaires moyens plus élevés que dans le reste du pays.

Après le dîner on va enfin se poser à la plage… Nous tentons une entrée dans l’eau mais trop froide pour moi, je préfère prendre le soleil un moment 🙂

Il est bientôt 18h et on décide d’aller faire quelques courses au supermarché, car on a proposé de cuisiner pour nos hôtes ce soir. Avec Camille, on se demande ce que l’on peut bien préparer… Une fondue ? Pas de fromage moitié-moitié et plus assez de “gruyère” de l’autre jour ! Une raclette ? Mince, nous avons oublié de prendre l’appareil dans nos bagages ! Un papet vaudois ? Hmm, aucune idée de comment ça se prépare ! Au final, la cuisine péruvienne s’exporte plus facilement que la gastronomie suisse et on se décide pour un ceviche avec les produits locaux… Ce n’est pas très compliqué à préparer et c’est super bon !

Soirée ceviche péruvien au Chili (de gauche à droite: Patty, Camille, Jani et moi)

Nous passons une excellente soirée à rire, à discuter, Camille arrive à composer quelques phrases en espagnol, je suis fier d’elle ! Voilà qu’on ne voit pas le temps filer et il est déjà minuit… C’est le moment d’aller faire dodo.

Jour 21: jeudi 22 novembre 2018

La mission du jour : essayer de trouver un magasin qui puisse réparer et/ou remplacer la vitre cassée de la GoPro ! Ou du moins trouver un boîtier pour la protéger avant que je ne la laisse tomber une énième fois et que l’objectif soit foutu lui aussi…

Nous faisons toutes les boutiques du centre et pas moyen de trouver un endroit qui puisse réparer ça. Pourtant ils ont un bâtiment entier avec des petits shops pour réparer les écrans de téléphone, mais aucun ne peut le faire… Nous trouvons pas non plus de magasins qui vendent des GoPro, toutes des imitations et ils n’ont pas de boîtier en vente ! Nous en avons visité une bonne vingtaine sans succès… Ma foi, je continuerai avec ma GoPro cassée 🙁

Le soir, Patty propose d’aller manger au bord du Pacifique et d’y boire un verre ! A part Hugo, tout le monde est là. Nous passons une belle soirée, comme chaque soir depuis notre arrivée à Antofagasta. Ce sera difficile de se dire au revoir sans savoir quand nous nous reverrons…

Nous ne rentrons pas trop tard, car le lendemain notre bus part à 7h en direction de San Pedro de Atacama. Nous disons au revoir à Jani et Hugo avant d’aller nous coucher en se serrant dans les bras, ainsi que des léchouilles à Brunito et Tomito ! Patty, nous lui dirons au revoir* demain matin en partant puisqu’elle se lèvera en même temps…

Il est temps de préparer nos affaires et d’aller dormir ! Demain, vendredi 23, nous passerons une partie de la journée dans un bus… encore ! Victor nous emmènera au terminal, car à 6h30 les micros et colectivos ne sont pas encore actifs !

Merci à Patty & family de nous avoir permis de partager leur quotidien ces trois derniers jours !

*Nous reverrons Patty à Santiago mi-février avant de prendre notre vol pour l’Océanie, ce n’est donc qu’un demi au revoir.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 comments