• Menu
  • Menu

Jours 112-114: Ceux qui emménagent dans un campervan

Région du nord, Nouvelle-Zélande.

Jour 112: jeudi 21 février 2019

5h05 du mat’, les roues de l’avion touchent le sol néo-zélandais ! Il a fait nuit noire tout le trajet… Celui-ci n’a duré “que” 12h30, et pourtant nous sommes passés du 19 au 21 février !

On débarque de l’appareil, et il nous faut d’abord passer par l’immigration, puis la biosécurité. Les Néo-Zélandais (ci-après les “Kiwis”, surnom dont eux-mêmes sont très fiers) sont hyper stricts avec ça, et on doit laisser notre tente à l’inspection pendant une dizaine de minutes. Passage des bagages, récupération de la tente (ouf !)… Peu importe le nombre de contrôles à passer, je suis tellement heureuse de reposer le pied dans cette partie du monde que j’ai un sourire d’une oreille à l’autre !!

Il est 6h30 quand on sort dans le hall de l’aéroport, mais il fait encore nuit dehors. On retire des sous, puis on se pose dans un café… On a eu un petit-déjeuner avant d’atterrir, mais on a à nouveau faim. Le jetlag se fait sentir, avec notre voyage dans le futur : il est 16 heures plus tôt au Chili !!!

On prend ensuite le bus, puis on marche 20 minutes jusqu’au dépôt Tui Campers, la compagnie auprès de laquelle on a loué notre campervan. On trépigne d’impatience de se lancer à l’assaut des routes néo-zélandaises, mais on doit attendre plus de 2 heures 30, paperasse effectuée, pour que notre van soit prêt ! Apparemment pas pressés ces Kiwis… 😉

En fait, il s’avère qu’il y avait tout simplement un problème avec l’évier de notre van : des grains de raisins secs ont fait un bouchon dans le tuyau d’écoulement de l’eau, ce qui a fait péter le joint, donc le technicien est en train de le réparer. No worries, on attend ! La compagnie nous rembourse une demi-journée de location pour s’excuser. 🙂

Ça y est, notre van est prêt ! On en fait le tour avec la nana de la réception (une maorie qui a un look de joueuse de rugby tout juste sortie du terrain), pour faire l’état des lieux du véhicule, et pour qu’elle nous en explique toutes les fonctionnalités. On a un petit frigo, un évier avec un réservoir, une cuisinière à gaz à 2 plaques, toute la vaisselle possible et imaginable, de l’éplucheur à légumes aux bols en passant par la râpe à fromage (quel sens du détail !), des linges de douche, la literie, une corde et des pincettes pour étendre la lessive, un nécessaire de produits et une brosse pour faire la vaisselle… Tout est très bien pensé et fonctionnel : notre nouvelle maison est géniale, on se réjouit d’y emménager !!!

En Nouvelle-Zélande, il y a deux catégories de vans : les self-contained (c’est à dire qu’ils contiennent des toilettes, même portables), et les non-self-contained (sans toilettes). On a choisi l’option self-contained, un poil plus chère à la location journalière évidemment, mais qui au final revient moins chère, car cela permet de pouvoir dormir dans pleins d’endroits gratuits où seuls les véhicules self-contained peuvent passer la nuit. Il faut savoir qu’en Nouvelle-Zélande, le camping sauvage est interdit et l’amende, si on est pris, fait très très mal ! (Croyez-moi, j’ai testé l’équivalent australien il y a 5 ans…) Mais avec notre petit van self-contained et armés de l’application wikicamps, une sorte de googlemaps fonctionnant hors-ligne et indiquant toutes les positions de camping gratuits et présence de douches, toilettes et autres utilités de ce genre, on est au top ! 🙂 Trop hâte de commencer notre roadtrip.

On se rend au supermarché le plus proche pour approvisionner notre frigo et nous charger de provisions pour quelques jours, puis on repasse par le dépôt Tui Campers afin qu’ils nous changent la batterie de la clé (y’a eu quelques ratés sur le parking du supermarché, et il ne manquerait plus qu’on soit enfermés dehors… ce serait dommage !)

Il est 14h, cette fois-ci c’est réellement parti, direction le nord !! 🙂 On va visiter la Bay of Islands, malgré une météo qui ne s’annonce pas au top pour le week-end : un plafond de nuages, quelques petites gouttes qui alternent avec des éclaircies… Il ne fait pas froid par contre, et on sent l’humidité chaude d’après un orage d’été.

Baptêmes de la conduite à gauche pour Chris ! Au niveau de la conduite, ça se passe bien (c’est une automatique, donc ça évite déjà de se tromper de côté en cherchant la boîte à vitesses), mais par contre, il lui faut un certain temps avant de réussir à mettre en marche les clignotants plutôt que les essuie-glaces au moment de tourner… Eh oui, ici même les manettes au volant sont inversées ! 😉

On traverse l’énorme ville d’Auckland par les périphériques, puis on prend une route panoramique qui longe la côte, afin d’éviter le péage à la sortie nord de la ville. Malgré le temps couvert, on a de très belles vues sur le Pacifique !

Vers 18h, on s’arrête dans un parking repéré sur l’application wikicamps, pour y passer la nuit. C’est en fait le parking de l’office du tourisme de la petite ville de Whangarei, qui met à disposition des toilettes, des douches, et des tables de pique-nique. Tip top pour cette nuit ! Il est encore tôt, mais on tombe de fatigue, avec le jetlag et nos quelques heures de sommeil de moyenne qualité dans l’avion… On dormait beaucoup mieux dans les bus sud-américains ! 😉

On se cuisine des pâtes bolognaise pour le souper. Mais attention, de la bolo maison, la grande classe ! On est bien contents de notre équipement… Zut, on voulait se doucher ce soir, mais on ne savait pas que les locaux fermaient à une certaine heure (et plutôt tôt !) : à 20h, une femme de ménage vient tout nettoyer et boucle les grilles avec un cadenas, excepté une seule toilette. Bon, ben la douche attendra demain matin…

On installe le lit à l’arrière de notre van, et on se glisse sous le duvet… Bonne première nuit en campervan ! 🙂

Jour 113: vendredi 22 février 2019

Waouh, on a super bien dormi dans notre petite maison sur roues, le lit est très confortable, 5 étoiles ! 🙂 Il fait encore nuit noire quand on se réveille, la faute au jetlag… 6h du mat’, et on pète la forme !

On paresse un moment au lit jusqu’à ce que le jour se lève, puis on se douche. Trop génial ce pays où même les douches des parkings sont hyper propres… 🙂 Petit-déjeuner en extérieur sur notre cuisinière à gaz : on se fait même des oeufs au plat !

 

Il est 9h quand on prend la route, car on a pris un moment pour aménager notre maison. Les vide-poches des portières arrières sont devenus nos tables de nuit, l’espace entre les 2 sièges avants notre hall d’entrée, car on y stocke nos 2 petits sacs… On installe une corde sur le coffre pour y pendre les linges facilement, et on trouve un moyen simple de plier le lit en configuration “journée” pour ne pas avoir à tout refaire chaque soir.

Ce matin, on se dirige encore plus au nord, vers la Bay of Islands et le petit village de Paihia ! Il commence à pleuvoir juste après le départ, mais pas grave, c’est une petit bruine qui ne mouille pas vraiment et il ne fait pas froid…

On s’arrête après 10 minutes pour faire une balade aux environs des Whangarei Falls, une jolie cascade. La végétation est luxuriante ; on se croirait presque dans la jungle, si ce n’est que les palmiers sont remplacés par d’énormes fougères. Ça a vraiment un petit côté exotique, malgré la pluie !

On reprend la route, cette fois-ci c’est à moi de (re)faire mon baptême de la conduite à gauche. Pas beaucoup de coups d’essuie-glaces, les réflexes océaniens reviennent vite ! 😉

Nous voilà arrivés à Paihia, où l’on s’arrête pour pique-niquer avec vue sur la Bay of Islands. Avec du soleil, l’endroit doit sûrement être paradisiaque, mais sous les nuages, le paysage vaut quand même la peine !

Après le pique-nique, on se pose au El Café pour un cappuccino et un chai latte : l’endroit expose des images d’Amérique du Sud, et on y entend du Manu Chao… ça nous manquait déjà ! 😉

J’écris dans le journal, Chris prépare des cartes postales, et on avance un peu dans le blog, on sauvegarde nos photos… Vers 16h30, on reprend la route vers le sud sous une pluie battante (on apprendra plus tard qu’on est en fait en train de se prendre un cyclone d’été dessus ! Sympa !) jusqu’à Ruakaka, où on a prévu de passer la nuit. Mais voilà que quand on y arrive, le couple du seul camping-car présent nous dit qu’ils s’apprêtent à partir car ils ont été avertis qu’il y allait avoir de fortes pluies cette nuit et que comme le sol était en terre, l’endroit risquait l’inondation ! On décide donc de suivre leur sage exemple et de trouver un autre endroit : ce sera le parking d’une place de jeu à One Tree Hill, à 10 minutes de là.

Comme ça ne nous dit pas trop de cuisiner sous la pluie, on mange un pique-nique et une salade, et au dodo ! C’est trop bien d’aller dormir tôt et de se réveiller sans réveil avec le jour qui se lève…

Jour 114: samedi 23 février 2019

On joue au jeu de “quelle heure est-il à ton avis ?” quand on se réveille… Chris a gagné, mais de peu : 7h20, on est en pleine forme !

Petit-déj’ dans la voiture car même s’il ne pleut plus, c’est comme si on était dans un nuage et y’a une petite bruine qui mouille tout. On se réjouit que le soleil revienne, pour les panoramas, et pour que notre van arrête de sentir l’humidité !

Pohuehue Falls

Chris prend le volant et on se dirige vers le sud. On a envie de voir des cascades et ça tombe bien, y’en a sur notre chemin ! D’abord les Piroa Falls, une grande cascade très jolie, puis les Pohuehue Falls, que l’on voit depuis le haut. Pour les deux, on fait une petite balade dans la forêt pour les atteindre. Y’a une humidité de dingue, et avec les énormes fougères et la chaleur, l’ambiance est tropicale ! Les criquets, ou leur alter-ego au pays des Kiwis, chantent tellement fort que c’en est assourdissant….

On continue un bout jusqu’au petit village de Puhoi. Pique-nique dans le sac, on monte à pied au belvédère pour y casser la croûte. Le plafond de nuages est toujours bas, mais il a arrêté de pleuvoir et on a même droit à quelques éclaircies. 🙂 Une fois n’est pas coutume, on va boire un café au pub du village. L’ambiance est bonne (y’a un enterrement de vie de jeune garçon), mais le wifi de courte durée malheureusement !

Chris toujours au volant, on trace au sud, on traverse Auckland, et on vire à l’est, direction le petit village de Thames, à l’entrée de la Péninsule de Coromandel. Yes, on arrive juste à temps à l’office du tourisme, avant sa fermeture à 17h, pour réserver notre navette vers le Tongariro Alpine Crossing qu’on voudrait faire mercredi. La météo s’annonce bonne pour toute la semaine, et c’est un highlight de l’île nord qu’on ne voudrait pas manquer !

On passe faire des petites courses pour compléter les prochains repas, et on monte au nord de Thames, vers la baie de Waiomu, où il y a un endroit de camping autorisé pour véhicules self-contained. Magnifique, juste au bord de la plage ! En plus, le ciel s’est bien éclairci et on a droit à une superbe lumière lorsque le soleil descend vers l’horizon…

Chris en pleine action dans la cuisine

On se cuisine un bon souper, vaisselle, brossage de dents, mise en place du lit (on devient bon : moins de 5 minutes !), et on passe encore un petit moment à écrire dans le journal et avancer le blog en mode hors-ligne jusqu’à ce que l’ordi n’ait plus de batterie… Vive le mode de vie déconnecté, et bonne nuit !

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 comments