• Menu
  • Menu

Jours 81-84: Ceux qui sont soufflés par la beauté des paysages

Parc National Torres del Paine, Patagonie chilienne.

Jour 81: lundi 21 janvier 2019

La nuit a été entrecoupée par le fait qu’il faisait vraiment froid dans la voiture, du coup j’ai dû démarrer le moteur plusieurs fois pour pouvoir réchauffer l’intérieur… Ce n’est déjà pas confortable de dormir à la place du conducteur, alors autant rendre la nuit plus agréable en ayant un peu de chauffage 🙂

La lumière du jour et le froid nous obligent à nous lever tôt et ça tombe bien, car avant de nous rendre au Parc National de Torres del Paine, nous devons passer par le garage pour faire réparer la roue crevée… En autant de temps qu’il faut pour rédiger ce paragraphe, le garagiste place le cric, dévisse la roue, trouve l’origine de la crevaison, retire le clou, rebouche le trou, regonfle et refixe la roue, retire le cric et range l’argent dans son portefeuille ! Et tout ça avec Camille et Muriel dans la voiture. Chapeau bas monsieur ! 🙂

Départ pour Torres del Paine, un des highlights de la Patagonie, à une bonne heure de route de Puerto Natales. Vu que nous n’avons rien réservé (il faut s’y prendre au moins 6 mois à l’avance pour avoir le droit d’y planter sa tente, c’est de la folie !), nous n’allons pas parcourir l’entier du W (voir la carte ci-dessous) mais n’en faire qu’une partie.

Nous voilà à l’entrée du Parc, il s’agit maintenant de payer les CLP 21’000 (env. CHF 35) pour pouvoir y accéder. Nous accédons au Parc par l’entrée de Laguna Amarga, où nous reviendrons parquer la voiture pour y passer la première nuit (couleur bleue foncée).

Programme du jour (bleu turquoise) : longer une partie du Lac Nordernskjöld par l’est, puis retour à l’entrée du Parc. Marche plutôt facile.

Programme du mardi (vert fluo) : voir Las Torres ! Pour cela il faut monter jusqu’au mirador au pied des tours. Le parcours n’aura rien à voir avec celui d’aujourd’hui, puisqu’il faut compter 4.5 heures pour les atteindre et que c’est une marche plus exigeante physiquement. Nous devrons retourner à l’entrée du Parc.

Programme du mercredi (orange fruit) : se rendre au glacier Grey en traversant le Lac Pehoé en bateau jusqu’à Paine Grande. Le parcours semble ne pas être plus exigeant que celui de mardi… A voir !

Nous parquons la voiture au départ du sentier. C’est parti, nous posons nos pieds dans l’une des merveilles du monde et il y a de quoi, le paysage est juste sublime tout autour de nous ! Nous y croisons divers groupes de touristes qui s’engagent dans les différents parcours possibles depuis ce point de départ.

Un chemin plat au début, nous traversons un petit pont suspendu, une montée sur plusieurs centaines de mètres, puis le reste du parcours vallonné. Nous décidons d’y pique-niquer pour apprécier la vue sur le Lac Nordernskjöld et sa couleur verte.

Le ciel se couvre par moments et quelques gouttes de pluie nous tombent dessus, mais rien de bien inquiétant. Même le vent ne nous surprend pas plus que celui que l’on avait vécu en Terre de Feu. Autant dire que les conditions sont idéales pour marcher et apprécier le paysage. 🙂

Au retour de la marche, nous nous arrêtons à l’hôtel 5* du Parc pour y boire un chocolat chaud, lui aussi 5* par son prix ! L’ambiance de l’hôtel est cosy et une bonne partie du mobilier est en bois, très beau !

Ce resto n’étant pas assez cher pour nous, nous allons cuisiner avec notre petite cartouche à gaz et réchaud un bon plat de pâtes industriel 🙂 Ce soir, le vent s’est renforcé et il faut jouer d’ingéniosité pour allumer le feu et préserver la flamme du courant d’air !

Au bout de 45 minutes, nous pouvons manger notre plat de pâtes dans la voiture… C’est convivial et au moins nous sommes au chaud ! Nous dormirons à l’entrée du Parc, entre un camping-car et un immense pick-up, histoire de ne pas se prendre les rafales de vent de face !

Le bon côté en dormant dans la voiture est que nous pouvons observer la beauté des étoiles, c’est juste magnifique comme elles brillent !

Jour 82: mardi 22 janvier 2019

Cette nuit a de nouveau été entrecoupée vu qu’il faisait toujours aussi froid dans la voiture et que j’étais le préposé au chauffage… Je commence à m’adapter à la situation 🙂

Nous avons un peu traîné avant de partir en rando, mais nous prenons rapidement le rythme de marche ! Notre objectif de la journée est d’atteindre le mirador des tours, qui ont donné leur nom à ce magnifique parc national. Selon le plan, il faut compter 4.5 heures de marche pour les atteindre et mis à part quelques bouts plats et parfois en descente, nous ne ferons que monter.

La marche est plutôt exigeante et nous remarquons rapidement que le sentier est sinueux, fait de cailloux et de terre : il faut faire attention comment on pose les pieds ! Le vent est tout aussi fort que ces derniers jours, avec des rafales qui réussissent à nous bousculer… Des tourbillons se créent et soulèvent la terre pour venir fouetter nos visages. Nous en avalons un peu au passage…

Voilà que nous arrivons au ‘Windy Pass’, traduisez ‘col venteux’. Et il porte bien son nom… Hallucinant le vent qui souffle à cet endroit bien précis, le groupe de gens devant nous s’accroche à la paroi rocheuse, car de l’autre côté c’est le vide… Un petit garçon se met à pleurer tellement il se faisait emporter par le vent ! Nous ne faisons pas les malins, nous devons carrément nous tenir par la main pour garder un certain appui. Mumu en perd son bandeau, en dépit du fait qu’il soit bien mis sur sa tête ! Il doit sûrement se trouver en Antarctique à l’heure qu’il est…

Une demie-heure de marche supplémentaire, et nous atteignons le refuge Chileno. Nous décidons de pique-niquer à l’intérieur pour se réchauffer la moindre et éviter que notre nourriture ne s’envole aussi ! Il y a une bonne ambiance dans le refuge, on peut y écouter de la salsa et commander quelques snacks, mais nous n’en commandons pas maintenant, car nous avons tout ce qu’il faut pour un pique-nique de roi. En dégustant notre repas, arrive une famille asiatique et elle s’assied derrière nous. La maman attire tout de suite notre attention, elle porte des lunettes de natation ! Nous essayons de ne pas éclater de rire, la situation est tellement drôle 🙂 N’empêche elle est maligne la nana, le vent s’infiltre dans les yeux alors elle a trouvé un bon moyen de le stopper !

Il est temps de repartir, nous avons encore deux bonnes heures à marcher et le vent souffle toujours autant…

Nous traversons une forêt ; la pente devient de plus en plus inclinée et le chemin de cailloux et de terre se perd dans un pierrier… Là, ça devient plus ardu et vraiment casse-gueule, le vent pouvant nous déséquilibrer à tout moment ! A quelques reprises, nous sommes même obligés de stopper notre marche à cause des rafales… jamais vécu un vent d’une telle force !!!

Le ciel est dégagé et nous approchons du sommet : nous pouvons apercevoir le haut des tours, déjà imposantes à cette distance ! Nous y sommes presque, quelques mètres à esquiver les pierres et enfin nous arrivons au sommet ! En face de nous se dressent les fameuses tours de Paine, majestueuses et gigantesques telles qu’on peut les voir sur des cartes postales !!! L’eau du lac au pied des tours est verte, incroyablement belle ! Waouh, la marche était difficile mais le paysage en vaut clairement la peine. Quelle satisfaction d’être arrivés ensemble jusqu’à ce point, on ne regrette pas une seule seconde l’effort fourni…

Une séance de photoshooting plus tard, cheveux au vent (c’est le cas de le dire) et quelques flocons de neige qui tourbillonnent dans l’air, nous nous asseyons derrière un gros rocher pour contempler le paysage et grignoter un snack vite fait ! Il s’agit maintenant d’entamer la descente sans se blesser, traverser le pierrier pentu et atteindre la forêt pour être couverts par les arbres.

Nous atteignons à nouveau le refuge Chileno et prenons cette fois le temps de commander des boissons chaudes ainsi qu’une part de tarte… après tout on l’a bien méritée ! Une fois réchauffés, nous continuons notre descente jusqu’au refuge principal de l’entrée, via le ‘Windy Pass’. Cette fois, ça souffle nettement moins et la descente est relativement plus commode, même si ce bout-là nous semble interminable… Nous n’avons qu’une seule envie, nous reposer ! Durant la descente, nous croisons la nageuse en plein air avec ses lunettes, on ne peut s’empêcher de sourire, quel style !

Arrivés à notre QG, nous préparons le souper : couscous à la sauce pesto ! On s’en lèche les babines 🙂

Cette fois, nous déplaçons la voiture pour la nuit, car notre spot se situe à l’autre côté du Parc. Demain matin, nous allons prendre le bateau pour traverser le lac Pehoé et nous rendre au Glacier Grey.

Bonne nuit depuis la voiture !

Jour 83: mercredi 23 janvier 2019

Nous allons prendre le bateau qui part à 9h, car le suivant est à 11h et sera pris d’assaut par l’arrivée des bus remplis de touristes ! Et comme nous sommes parqués à 500 mètres du débarcadère, nous pouvons “dormir” plus longtemps… A nouveau je me suis réveillé à quelques reprises durant la nuit pour rallumer le moteur ! Le petit-déj’ avalé (l’avoine est pratique pour ça), nous nous dirigeons à l’embarcadère. Une trentaine de personnes attendent déjà depuis plusieurs minutes et la file continue de s’allonger derrière nous !

Après un bon quart d’heure d’attente, nous pouvons enfin embarquer. Le vent souffle toujours autant… Lors du trajet en bateau, qui dure entre 30 et 40 minutes, nous prenons place sur le toit pour pouvoir admirer le paysage et sentir la fraîcheur matinale… Nous ne sommes pas déçus, ni par les paysages, somptueux, ni par la fraîcheur, glaciale !!! Je suis clairement plus impressionné par la force du vent, d’une telle puissance qu’il nous défigure presque 🙂

Arrivés à bon port, c’est parti pour une marche de 3.5 heures qui doit nous permettre d’atteindre le point de vue d’où nous pourrons admirer le glacier Grey. Nous marchons à travers la forêt et découvrons un premier point de vue époustouflant qui donne sur le lac Patos. On voit des petits icebergs bleutés au loin… Waouh !

Nous continuons sur le sentier jusqu’à un autre mirador pour voir cette fois le lac Grey et ses nuances… Sa couleur est d’un tel bleu foncé, les schtroumpfs en seraient jaloux !

Nous nous arrêtons dans un petit coin abrité pour pique-niquer. Ce n’est pas facile d’en trouver un malgré la forêt, les arbres ne retiennent que très peu ces vents forts ! A la suite de notre petit dîner, nous poursuivons notre marche, et là nous apercevons au loin toute l’anatomie du glacier Grey.

Depuis ce rocher, on décide de faire quelques photos avec en arrière-plan le glacier. Il faut bien s’accrocher : on ne peut pas se permettre de poses trop excentriques à cause du vent et aussi, nous ne pouvons pas traîner, car les bateaux de retour sont à 17h et 18h30. Notre marche se poursuit cette fois jusqu’au Refugio Grey. Nous pensions que nous pourrions admirer le glacier depuis là, mais il faut encore marcher 1 km pour découvrir cette beauté.

Et nous sommes absorbés par une telle beauté… On voit ce glacier qui s’étend à perte de vue. Nous sommes quand même loin mais il est impressionnant. Encore une fois, les rafales de vent nous empêchent presque de rester debout, elles nous portent même. Pendant les rafales de vent, je m’efforce tout de même de prendre des rafales de photos, en espérant qu’il y en ait au moins une qui ne soit pas floue !

Nous faisons demi-tour, car il nous faut retourner à l’embarcadère. Pour vous donner un aperçu du retour, il suffit de relire les quatre derniers paragraphes de bas en haut. 😉

A l’embarcadère, nous pouvons enfin nous asseoir… complètement épuisés, mais avec une vue imprenable sur ce beau lac Pehoé. Le parcours n’était pas des plus exigeants, mais le vent en a grandement élevé la difficulté ! Nous attendons sagement le bateau pour nous ramener sur l‘autre rive, où nous reprendrons la voiture. Pour info, au bout de trois jours dans le Parc, nous n’aurons pas été contrôlés une seule fois ! Même si on avait su cela, nous n’aurions quand même pas tenté de frauder, le Parc est vraiment très beau et il faut le préserver !

Nous allons rouler jusqu’à Puerto Natales et y dormir là-bas, pour la dernière fois dans la voiture, yeahhhh !!!

Jour 84: jeudi 24 janvier 2019

Nous nous rendons à notre auberge en début de matinée. Après plusieurs nuits dans une voiture et sans prendre de douche, nous avons réservé trois lits dans un dortoir à l’auberge RedPoint. Bonne nouvelle, nous bénéficions d’une chambre privée avec un lit double et un simple dans un bungalow en forme d’igloo, très original ! Et surtout, surtout………… nous pouvons nous doucher avec de l’eau chaude ! Les petits plaisirs de la vie que l’on oublie trop souvent au quotidien, c’est une chance…

Cet après-midi, nous nous mettons à jour avec l’écriture de nos articles, la sauvegarde de nos photos, ainsi que l’organisation de notre prochaine étape : la Patagonie argentine.

 

Vers 17h, nous rendons la voiture toute sale et poussiéreuse à l’agence. Pour le repas de ce soir, nous nous offrons une pizza et une bière dans le bâtiment qui abritait le consulat suisse. Après avoir mangé au réchaud pendant cinq jours d’affilés, nous sommes bien contents de pouvoir manger assis sur une table au chaud. Ah, les petits plaisirs de la vie j’vous dis ! 🙂

 

La digestion se fera en rentrant à l’auberge où nous passerons la meilleure nuit de notre semaine, même si le matelas doit avoir vécu une vingtaine d’années tellement on s’enfonce en s’y couchant… Comparé au siège d’une voiture, ce lit est quand même largement plus confortable !

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 comments