• Menu
  • Menu

Jours 76-77: Ceux qui expérimentent un changement drastique de climat

Punta Arenas, Patagonie chilienne.

Jour 76: mercredi 16 janvier 2019

4 heures du mat’, boarding à destination de Punta Arenas par le vol Latam xxx ! J’ouvre des petits yeux endormis… Au final il était assez confortable ce siège de salle d’embarquement. 🙂 Il parait que le paysage depuis le hublot est magnifique quand on arrive en Patagonie, mais je dois avouer que je suis incapable d’expliquer à quoi il ressemble, car j’ai dormi du décollage à l’atterrissage…

Il est 8h quand on arrive à Punta Arenas. On récupère nos bagages et on sort dans le froid intense de ce début de matinée. Il fait 5°C et y’a un vent de malade…

… Bienvenue dans l’été austral !!

Après l’hiver amazonien à plus ou moins 30°C et 99.9% d’humidité, le moins qu’on puisse dire, c’est que le choc est assez violent… Heureusement qu’on a eu quelques jours à Lima pour un semblant de transition ! 😉

Comme le taxi est au même prix que le minivan, on prend un taxi pour aller jusqu’à notre auberge, au nord de la petite ville de Punta Arenas. Après avoir toqué quelques fois à la porte de Donde Damaris, Mme Damaris nous ouvre, en robe de chambre et les yeux tout ensommeillés. On avait pas indiqué notre heure d’arrivée sur notre réservation, et on l’a réveillée ! Mais elle est super accueillante, nous fait visiter la maison et nous offre même le petit déjeuner après que l’on se soit installés dans la chambre. Ce n’est pas vraiment une auberge, mais plutôt une maison d’hôtes, car on est vraiment chez elle et son mari ! Sa fille et son beau-fils habitent également là avec leur petit gosse qui ressemble à un esquimau, trop mignon 🙂

Après le petit-déj’, on se dirige à pied vers le centre commercial, à 10 minutes de la maison. Trois chiens nous suivent, dont celui de Damaris qui s’est glissé dehors lorsqu’on a ouvert le portail. On apprendra en rentrant qu’il n’était pas supposé sortir, et qu’il n’est pas revenu ! Oups… Heureusement, le mari de Damaris le retrouvera un peu plus tard dans l’après-midi en faisant un tour en voiture dans le quartier… 🙂

On passe changer des dollars en pesos chiliens, et faire quelques achats de nourriture. Il y a beaucoup moins de nourriture de rue ici (probablement parce que les vendeurs finiraient congelés), et les restaurants ne sont pas vraiment dans notre budget ! Retour au chaud à l’auberge… Même avec les rayons de soleil de début d’après-midi, on a quand même sorti le bonnet et l’écharpe !

Grosse après-midi et soirée geek. On travaille sur le blog, on écrit dans le journal, on sauvegarde les photos… On est au bout du monde, mais on n’avait pas encore eu un aussi bon wifi depuis le début du voyage, alors on en profite ! 🙂

Nos têtes n’ont pas touché l’oreiller qu’on est déjà endormis ! Le lit est moelleux et on va pourvoir rattraper nos heures de non-sommeil de notre “nuit” à l’aéroport. Il fait bon chaud chez Damaris, et on entend le vent souffler dehors…

Jour 77: jeudi 17 janvier 2019

Effectivement, on a dormi comme des souches ! Et il est 10h quand on se réveille… Enfin, c’est comme s’il était 8h pour nous, avec les 2 heures de décalage par rapport au Pérou, donc on est excusés 🙂

Damaris nous prépare des œufs brouillés et des toasts, pendant que l’on émerge doucement. C’est super sympa ici, on a l’impression de faire partie de la famille !

Ce matin, on geek encore ! Mais pas pour le blog ; cette fois-ci c’est plutôt pour organiser la suite du voyage, collecter des infos sur la région, etc. On voudrait louer un campervan pour visiter la région, sauf que tout à l’air surbooké ! Bon, on s’y prend vraiment à la der’… Mais c’est en discutant avec une autre cliente de l’auberge au petit déj’ hier matin que l’idée nous est venue. En fait, c’est un peu notre seule solution financièrement parlant, car les excursions sont hors de prix ! En gros, si on veut faire du tourisme sans exploser le budget, il faudrait soit qu’on arrête de manger, soit qu’on dorme dehors. Voire les deux. Wow… On se penche donc sur la question du campervan, histoire d’éviter de devoir vendre un rein pour continuer notre périple.

La Patagonie, surtout côté Chili, est clairement au-dessus de notre budget, mais on va s’en sortir ! En plus, Muriel (Mumu pour les intimes), mon amie d’école, nous rejoint demain, donc c’est l’occasion de partir à l’aventure en roadtrip. 🙂 Elle voyage seule autour du monde depuis presque 1 an, et est arrivée en Amérique du Sud en novembre, avec l’idée de visiter la Patagonie plus ou moins à la même période que nous. Deux-trois messages de coordination plus tard, là voilà en route pour Punta Arenas depuis Ushuaïa, où elle a atterri il y a quelques jours.

Après un gros pique-nique, on s’habille chaudement et on prend le bus pour le centre ville. Il faut se réhabituer à une circulation civilisée : ici, les voitures s’arrêtent aux passages piétons (qui existent, ce qui est déjà un changement en soi), et tout le monde respecte les feux, aucun klaxon… Bizarre, après un mois et demi au Pérou ! 🙂 Petit rappel qu’on est au Chili quand même, et non pas en Europe : y’a pas d’arrêt de bus. Quand tu veux prendre le bus, tu te mets au bord de la route et tu lèves le bras pour faire signe au chauffeur de s’arrêter. Pareil pour descendre, faut se manifester ! Si t’es trop timide, tu fais 8 fois le tour de la ville avant de pouvoir descendre… 😉

On trouve facilement l’office du tourisme à proximité de la jolie petite Plaza de Armas, et on récupère autant de cartes routières et d’informations que possible. Le type nous indique la rue où sont regroupées toutes les agences de location de voiture, et on y va en croisant les doigts pour qu’il y ait un campervan dispo !

Beaucoup d’agences nous disent ne louer que des voitures, et encore, aucun véhicule n’est dispo pour les prochains jours. Mais chez Recasur, miracle, l’affaire du siècle ! Un joli petit campervan, nouveau modèle 2018 sur lequel ils font une promotion. Le modèle est fait pour 2 personnes (aucun modèle à 3 disponible ici, le voyage en campervan n’étant pas (encore) très répandu au Chili), mais à 3 ça ira très bien quand même, et au pire, on a une tente. La dame de l’agence nous confirme que c’est bon pour nous trois, donc on pré-réserve le véhicule jusqu’à demain matin, en attendant d’avoir l’accord de Mumu concernant le prix (et le fait qu’on sera serrés pour se tenir chaud !)

Tous contents de notre trouvaille, on va se balader le long de la promenade au bord de la mer. C’est fou de se dire que l’Antarctique est si proche… Il fait grand bleu et plutôt bon : on a même pu enlever les bonnets !

Passage par un café du doux nom de “Wake-Up” pour une pause… café, puis on reprend le bus vers l’auberge. On est complètement décalés en raison de la luminosité : alors qu’au Pérou il faisait nuit noire avant 19h, ici il fait clair et soleil comme en milieu d’après-midi alors qu’il est déjà 20h30 !

On s’installe à nouveau sur la table à manger du salon et on soupe de nos restes de poulet, riz et brocolis. Il est déjà 22h lorsqu’on est repus, mais le soleil vient de se coucher ! Malgré notre fatigue et la perspective de notre lit douillet, on reste encore un moment éveillés pour effectuer 2-3 trucs qui traînent depuis un moment… Notamment la réservation de nos vols pour la Tasmanie et l’envoi de nos copies de passeport pour l’établissement de notre visa australien, maintenant que Zip World a confirmé le changement de nos dates de vols australiennes, comme demandé. 🙂

Le temps d’ouvrir la carte et d’élaborer un itinéraire grossier pour les prochains jours de roadtrip, il est passé minuit lorsqu’on sombre dans le sommeil…

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *