• Menu
  • Menu

Jours 70-72: Ceux qui paressent sous la moiteur

Iquitos, Pérou

Jour 70: jeudi 10 janvier 2019

Une journée bien tranquille à Iquitos… On se réveille sans réveil. 🙂 Nos habits ont quasi entièrement séché, dingue ! Le ventilateur dans la chambre a bien aidé…

Il fait grand beau, et la chaleur, même de bon matin, est déjà impressionnante ! Et dire que pour les locaux c’est l’hiver : il fait encore plus chaud pendant la saison sèche… Pour moi y’a pas vraiment de saison sèche, car je dégouline de sueur dès que je mets un pied devant l’autre, et même en restant assise… !

On part en bus vers 10h en direction du CREA, le centre de secours des animaux de l’Amazonie. Il s’agit d’une petite association qui récupère les animaux de la jungle en danger, les soigne, puis les relâche, en accord avec les communautés locales. Bien mieux qu’un simple zoo !

On rejoint le groupe qui vient de commencer la visite, pour profiter des explications du guide. Le premier enclos contient 2 perroquets absolument magnifiques, et des tortues terrestres…

On voit ensuite un tigrillo, l’un des plus petits félins d’Amazonie, qui ressemble à un lynx avec un pelage de guépard. Il est malheureusement chassé illégalement pour sa fourrure, et le CREA a récemment récupéré un petit dont la mère a probablement été tuée par des braconniers. Les soigneurs relâchent donc des poulets et des rats dans sa cage pour qu’il ait le réflexe d’apprendre à chasser avant de le relâcher dans la jungle, mais ce n’est pas évident…

On passe ensuite devant un enclos contenant 2 loutres (là, on a loupé les explications du guide), puis devant différentes cages contenant 5 ou 6 espèces de petits singes trop mignons. Tellement mignons d’ailleurs, qu’ils sont vendus comme animaux domestiques… (qu’est-ce que les gens peuvent être stupides !) Le problème, c’est qu’ils sont beaucoup moins choux (et beaucoup plus agressifs) à l’âge adulte : les gens n’en veulent plus, et les abandonnent. Ils sont donc “en réhabilitation” au CREA, et vont bientôt être relâchés dans la jungle…

Il y a aussi des petits caïmans (là aussi on a loupé les explications du guide, trop occupés à observer les singes jouer 😉 ) et… un paresseux accroché à une barrière. Cet animal est si lent que pendant la journée, ils peuvent le laisser plusieurs heures hors de sa cage sans crainte qu’il ne s’échappe. 🙂 En fait, il est tellement lent dans ses mouvements qu’on se demande comment c’est possible qu’il survive dans la jungle… !

On arrive ensuite vers les piscines des lamantins (Manatees pour les locaux), dont le sauvetage est l’activité principale du CREA. Ces animaux sont braconnés notamment pour leur viande, et ils tentent donc de faire de la conservation d’espèce avant de les relâcher. Depuis récemment cependant, cette activité est devenue secondaire, le principal étant maintenant de récupérer les animaux malades pour les opérer avant qu’ils ne meurent… d’une indigestion de sacs plastiques. Quelle tristesse ! 🙁

Ces gros animaux sont hyperpacifiques et nagent tranquillement dans leur bassin en broutant les touffes d’herbes disposées à la surface. Quand on voit leur tête, une sorte de mix entre une vache et un hippopotame, on comprend mieux leur surnom de “vache marine” !

La visite se termine là, et on retourne vers l’entrée, non sans s’arrêter encore un bon moment devant l’enclos des singes. L’un d’eux prend soin de jeter méticuleusement toutes ses petites crottes à travers le grillage de sa cage. Un deuxième entreprend de faire peur à ses 2 camarades qui se battent en claquant par terre son écuelle, ce qui fait sursauter l’un des autres singes qui n’avait rien demandé… On dirait qu’ils font exprès pour amuser la galerie, et ils réussissent bien ! 🙂

Retour au centre d’Iquitos en bus… On s’arrête dîner dans un petit boui-boui dans la rue, proche du marché de Belén. Je commande des tallarin con pollo (spaguettis au poulet) : surprise, la gentille madame me sert une couche de riz sous les tallarin. Certes, on mange du riz quasi 2 à 3 fois par jour depuis qu’on est en Amérique du Sud, mais celle-là, on ne me l’avait encore jamais faite !

On fait quelques petites courses, puis on retourne à l’auberge pour un après-midi tranquille. On s’installe dans la salle commune de l’auberge pour avancer un peu le blog, et on est rejoint pour un café par Luis, le propriétaire. Ce type, mi-Péruvien, mi-Japonais, est hyper intéressant et intéressé, et prend énormément de plaisir à partager des moments avec ses invités, autour d’un repas ou d’un café justement… On discute pendant presque 2 heures, moitié en espagnol, moitié en anglais, des bienfaits du voyage, de son travail stressant à Lima, de sa décision de se lancer dans ce projet d’auberge… Il est très avant-gardiste dans sa vision du tourisme responsable et de ses projets pour son auberge ! Vraiment un super moment d’échange avec cette belle personne. 🙂

Vers 18h, on ressort direction la jetée, pour ne pas louper les belles couleurs de la fin de journée. La jetée est tournée vers l’est, le soleil se couche donc de l’autre côté, mais la vue sur le fleuve vaut quand même largement la peine ! On monte sur le pont de l’une des épaves de bateau pour admirer la vue… C’est vraiment beau 🙂

Retour à l’auberge à pied quand il fait nuit noire. On se cuisine un bon plat de spaghouz’ (sans riz), puis un peu de lecture et dodo !

Jour 71: vendredi 11 janvier 2019

Ce matin, on reste prendre le petit-déjeuner à l’auberge, des courses que l’on a faites hier. Un autre hôte péruvien et moi tentons vainement de comprendre le fonctionnement de la machine à café (Luis est parti à Lima hier soir), mais c’est un lamentable échec ! Ce sera donc du thé 🙂

On reste tranquilles à l’auberge toute la matinée, notamment pour le blog, et pour Chris, la création de nos vidéos. On a demandé une nuit de plus à l’auberge, et comme elle est complète, Luis nous a proposé sa chambre ! Trop sympa. Le changement de chambre effectué, on reste dans la salle commune… ça fait vraiment plaisir de prendre une journée “off” de temps en temps (même si je pense que beaucoup de monde me déteste en lisant ça), histoire de ne pas accumuler trop de retard dans le blog, le journal, les mails, organiser un peu la suite du voyage…

Pour le dîner, on va manger au Tutti Frutti, notre endroit préféré à Iquitos ! Repus, on retourne à l’auberge… Cet après-midi, il pleut quasiment sans arrêt. Averse tropicale sur averse tropicale, les trombes d’eau sont impressionnantes ! ça fait encore plus de bruit en ville que dans la jungle…

On reste à l’auberge, toujours sur le blog, le montage vidéo, mon livre… Repos total ! 🙂 Ce soir, on cuisine le reste de nos spaghouz’ d’hier, et on passe une soirée tranquille. Pas tellement envie de ressortir sous cette pluie battante, même si la température est loin d’être froide… !

Jour 72: samedi 12 janvier 2019

Dernière matinée à Iquitos ! Après le p’tit déj’, on continue sur notre lancée d’hier : blog, vidéo, lecture… Geek time ! On ne sort que vers midi et demi pour aller manger le menu du jour chez Mia, au coin de la rue à quelques blocs de notre auberge.

Le temps de se changer, de boucler la valise et nos sacs, et on est en route pour l’aéroport, non pas en mototaxi mais en bus, c’est moins cher ! Toute une expédition… Mais on y est à 15h, bien à l’heure pour notre vol !

On tente le tout pour le tout, c’est-à-dire entrer en cabine avec notre petite valise sans passer par la case comptoir VivaAir. Securité, OK,.. Passage de douane (?), OK… Salle d’attente avant embarquement,… KO. Shit, une hotesse nous tombe dessus en nous demandant nos boarding pass pour vérifier que l’on ait bien payé les frais supplémentaires pour un bagage cabine de cette taille. Crotte ! On est obligés de ressortir dans le hall pour enregistrer la valise en soute, car l’enregistrer en cabine coûte 1.5 fois le prix… Non seulement il faut payer un supplément pour repasser la sécurité (bon, ça, OK, puisque c’est notre faute d’avoir voulu faire les malins), mais en plus l’enregistrement de la valise en soute coûte beaucoup plus cher à Iquitos qu’à Lima, sans raison ! Plus jamais VivaAir…

Embarquement à 16h15, décollage dans les temps ! Nous revoilà en route vers Lima… Bye bye la jungle, on reviendra ! 🙂

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *