• Menu
  • Menu

Jours 67-69: Ceux à qui il en faut peu pour être heureux

Amazon Green Lodge, Pérou

Jour 67: lundi 7 janvier 2019

Ce matin, nous nous levons de bonne heure, tout excités de partir pour 3 jours au milieu de la forêt amazonienne… Un mini-van vient nous chercher devant l’auberge à 8h30 et on peut enfin commencer l’aventure ! Direction l’aéroport tout d’abord pour prendre un couple de Péruviens, Milagros et Rudy, qui se joindra à nous pour le tour, puis la guide Jani, native d’une communauté de la jungle. Autant vous dire que nous serons bien encadrés 🙂

Nous faisons tous connaissance dans le mini-van ; la route prendra 2 heures pour atteindre Nauta, à une bonne centaine de kilomètres au bout de la seule route qui part de Iquitos. Le programme de la matinée est de visiter la petite ville portuaire de Nauta, puis naviguer pendant 1 heure 30 pour rejoindre notre lodge perdu au milieu de la jungle…

Arrivés à Nauta, on se promène dans la petite ville, nettement moins chaotique que Iquitos. Nous visitons une lagune protégée, où les autorités locales souhaitent préserver le “paiche” (à prononcer “paille-chez”), le plus gros poisson d’eau douce d’Amérique du Sud, espèce menacée par la pêche industrielle. Nous apercevons ces immenses poissons, qui peuvent mesurer jusqu’à 4 mètres de longueur et dont le poids peut atteindre plus de 250 kg… impressionnants !!! Dans la lagune, les paiches cohabitent avec des tortues, qui elles aussi peuvent atteindre le poids respectable d’une bonne centaine de kilos…

 

Nous poursuivons notre chemin à travers Nauta et son marché. Aucun des quatre participants n’a de vêtements légers avec des manches longues pour le tour et la guide propose donc de s’arrêter au marché pour en acheter. Ça faisait longtemps que nous n’avions plus fait de shopping ! Nous ne sommes pas difficiles, nous prenons les premiers vêtements proposés, pour autant qu’ils soient de couleur claire… Mieux vaut ne pas s’habiller en style gothique pour se balader dans la jungle, car apparemment les moustiques apprécient les couleurs foncées ! Cette fois nous sommes parés à affronter les bestioles avec nos polos blancs manches longues, de marque qui plus est (bon ok, ce ne sont peut-être pas les originaux) !

On embarque avec nos sacs et les vivres sont chargées dans le bateau qui nous amènera à notre lodge. Nous allons descendre le fleuve Marañon, puis effleurerons l’Amazone, pour ensuite repartir à contre courant sur le fleuve Ucayali. Pour info, la fusion des fleuves Marañon et Ucayali forment l’Amazone…

A peine assis sur le bateau… je reste éveillé ! Hé oui, c’est un exploit en soi 🙂 Et y’a de quoi rester éveillé, car nous sommes entourés par la jungle autour de nous ! Nauta est déjà à quelques kilomètres et on s’enfonce dans la verdure… C’est magique ! On commence à entendre le bruit des oiseaux et autres animaux qu’on devine, puis enfin nous apercevons des oiseaux en tout genre volant au-dessus de nous… Quel spectacle, on a hâte de pouvoir s’aventurer dans la forêt ! Quelques minutes après, nous quittons le Ucayali pour entrer dans une des rivières affluentes, la Paraporoto.

Nous nous amarrons au ponton du lodge. Comme toutes les habitations qui se trouvent le long des fleuves, celle-ci est construite sur pilotis, en raison de la montée des eaux lors de la saison des pluies. Jani nous indique quelles seront nos chambres pour les 2 nuits sur place. Là on découvre une chambre avec 2 lits à moustiquaire, un hamac et vue sur la rivière… Tout est rudimentaire et en bois, mais nous avons tout de même une petite salle de bains avec de l’eau froide et l’électricité est disponible de 18h à 22h, un véritable 5* !

On se rend ensuite dans l’espace commun qu’il faut rejoindre par une passerelle. Le dîner nous attend et on est gâté, le repas est excellent. Du poisson de l’Amazone avec du riz et des fruits de la jungle, que demander de plus. Nous sommes dans un endroit unique, entourés par la nature sauvage, et en plus de ça on y mange très bien ! 🙂 Le temps de se resservir 3 fois de fruits et de vite se brosser les dents, puis nous partons en excursion dans la jungle.

On nous prête des bottes de pluie au cas où il se met à pleuvoir. En cette saison, ça peut arriver à tout moment, et ce ne sont pas des petites pluies… Nous partons Milagros, Rudy, Camille et moi, accompagnés de notre guide Jani et du capitaine Lucho dans un petit bateau artisanal à moteur.

Voilà que la jungle s’offre à nous : des perroquets et autres oiseaux de toutes les couleurs, et mêmes des petits singes qui courent de branches en branches !! Jani et Lucho ont vite fait de repérer un paresseux pendu à une branche au sommet d’un arbre… Quelle chance de pouvoir le voir en action pendant qu’il se nourrit, sachant qu’il dort une vingtaine d’heures par jour !

Nous poursuivons notre chemin, et débarquons sur la terre ferme pour voir des petits singes nocturnes cachés dans leur arbre. Nous reprenons le bateau et remontons la rivière… Impossible de décrire le nombre d’oiseaux et de singes différents que nous avons vus durant le parcours !

Jani nous propose de pêcher, ou du moins tenter d’attraper, le fameux piranha. Lucho a pris des abats de volaille pour les utiliser comme appâts. La canne à pêche se résume à un bâton en bois rigide et un fil muni de son hameçon. Aucun poisson n’aura mordu, mais le plaisir de pouvoir pêcher dans un tel cadre valait à lui seul le détour !

Il se fait tard, la nuit commence à tomber, ainsi que quelques gouttes de pluie… en quelques secondes, un torrent s’abat sur nous: même pas eu le temps de mettre mon imperméable que je suis déjà trempé jusqu’aux os ! Jani et Lucho balaient la rivière de leur lampe torche pour tenter de voir leur chemin sous la pluie battante…

… et voilà qu’un poisson atterrit sur la joue de Camille, puis au fond de la barque avec un gros ‘bonk’ ! Deux sièges devant, Milagros s’est aussi pris un gros poisson chat sur le visage ! Lucho nous informe que la lumière des lampes torches les affole et les fait sauter dans tous les sens… Pour éviter les poissons kamikazes, Jani éteint sa lampe. En bateau sous la pluie, dans la jungle en pleine nuit, c’est une sacrée expérience !!!

L’arrivée au lodge fait du bien, nous sommes trempés et piqués par les moustiques, nos corps sont enduits d’un doux mélange de transpiration, de crème solaire et de lotion anti-moustiques… une douche est plus que nécessaire !

Enfin propres, nous nous retrouvons tous pour manger. Encore une fois, rien à redire, la nourriture est très bonne ! Jani nous informe qu’il va falloir se lever aux environs de 5h demain matin, car on partira en expédition tôt afin d’observer les oiseaux… du coup, une bonne nuit de sommeil s’impose ! Dans le lit, mes yeux se ferment et je m’endors avec le bruit des animaux qu’on entend tout autour du lodge…

Jour 68: mardi 8 janvier 2019

– Camille dans un demi sommeil : “Tu sens que ça secoue ? Qui bouge autant dans son lit pour faire trembler toute la maison ?”
– Moi, dans l’autre moitié du sommeil : “Pour moi ça ressemble plus à un tremblement de terre…”

A 5h précises, le lodge se met à trembler, notre lit vacille et nous réveille d’un coup ! Nous venons de vivre un tremblement de terre de quelques secondes en pleine jungle, dans une maison faite tout en bois sur pilotis, quinze ans après le dernier séisme qu’ait vécu la région de Iquitos. Nous sommes chanceux qu’il n’y ait pas eu de glissement de terrain et qu’on se soit retrouvés dans la rivière, car la terre s’est transformée en boue avec toute la pluie qui est tombée cette nuit…

Malgré cet événement, nous sortons du lit et nous préparons quand même pour partir en excursion. Nos habits n’ont pas du tout séché et ce n’est pas très agréable de devoir les remettre à une heure aussi matinale, mais ça fait partie de l’aventure !

Pas très chanceux sur ce coup, nous ne voyons que très peu d’oiseaux, ils se sont tous cachés dans la jungle profonde à cause de la pluie… Sauf un toucan, que nous nous arrêtons pour observer pendant 10 bonnes minutes 🙂 On croise également des chauve-souris accrochés à un tronc d’arbre !

Nous rentrons au lodge pour prendre le petit-déj’ et repartir tout de suite après pour nous rendre à la Réserve Nationale de Pacaya-Samiria, plus grande réserve du Pérou qui s’étend sur plus de 20’000 km2. Nous espérons pouvoir observer pleins d’animaux et peut-être même Mowgli !

Nous revoyons des paresseux, un toucan, des perroquets, des martins-pêcheurs et pleins d’autres insectes, tous plus impressionnants les uns que les autres, de par leurs tailles et leurs couleurs. Pareil pour les arbres, il y a de tout ! Même sous la pluie, les moustiques ne se découragent pas et continuent à nous piquer à travers les vêtements !

… dû aux gouttes d’eau sur l’objectif de la caméra, à la rapidité de certains animaux et au fait qu’il faut éviter de s’approcher de trop près des fourmis venimeuses de 3 cm de long (!!!), nous n’avons malheureusement pas beaucoup d’autres photos qui capturent ce que l’on a réellement vu !

Nous retournons au lodge pour dîner, complètement trempés par la pluie qui perdure. Après le dîner, nous repartons en bateau pour extraire du jus de canne à sucre de manière artisanale à l’aide d’un trappiste, puis de rendre visite à une communauté de la zone, dans le village de Puerto Miguel. Les communautés dans la jungle vivent de l’agriculture et de l’artisanat, qu’ils vendent aux touristes ou alors sur les marchés de Iquitos et Nauta…

A la tombée de la nuit, nous retournons au lodge pour passer notre dernier souper ensemble. Après une bonne douche d’eau froide, nous nous retrouvons tous à table et Jani propose de prolonger la soirée en nous racontant les histoires mystérieuses de la jungle. Jani et Lucho, chacun à leur tour, nous racontent des histoires vécues par eux-mêmes dans la jungle, puis toutes les légendes de l’Amazonie péruvienne, qui selon eux se sont réellement passées. Certaines histoires font froid dans le dos… Je m’en souviens de quelques unes, et pourrai vous les raconter à une autre occasion 🙂

Jour 69: mercredi 9 janvier 2019

Aujourd’hui, il faut être prêts à 9h : nous rentrons à Iquitos et la route est longue ! Nous sommes fatigués par ces 2 jours d’excursions dans la jungle, mais tellement heureux d’avoir pu vivre une telle expérience. On se dit que l’on reviendra revivre cela dans quelque temps !

Nous arrivons à Iquitos à 13h. Le temps de manger quelque chose dans le quartier, nous revenons à l’auberge et y restons tout l’après-midi pour se reposer et faire sécher nos habits…

En soirée, nous retrouvons un de mes oncles, Tio Jorge, cousin de ma mère. On va se balader le long de la jetée de Iquitos, prendre quelques photos et se poser sur la terrasse d’un bar pour boire une bière. Nous attendons Tio Ricardo qui nous rejoint un peu plus tard, car ce soir nous allons manger une pizza tous les quatre pour fêter mon anniversaire. C’est particulier de pouvoir le fêter avec Camille au Pérou, et en plus de ça, dans sa terre maternelle… Quel beau cadeau !

Nous nous endormons rapidement cette nuit, un vrai lit nous manquait 🙂

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 comments