• Menu
  • Menu

Jours 342-347: Ceux qui se reposent

Pokhara, Népal.

Jour 342: mercredi 9 octobre 2019

Qu’est-ce qu’on a bien dormi, et quel bien cela fait de paresser au lit sans réveil et sans la perspective de kilomètres à parcourir à pied, en bus ou en jeep ! 🙂

Aujourd’hui sera une journée-type de repos : bouffe, et geeking time. A peu de chose près, on n’a fait qu’avancer le blog, et le rythme de la journée a été dicté par les différents repas ! Petit-déj’ ce matin à l’auberge, dîner en milieu d’après-midi (toujours un peu décalés) au boui-boui “hot sandwiches” de notre rue, où l’on rencontre une famille israélienne avec laquelle on papote de trek et de voyage… Puis souper dans un resto indien de la rue principale. Mark et Michelle, encore trop pleins du sandwich de 15h, ne nous ont pas accompagné pour ce dernier. Le Kadai paneer commandé (et dûment attendu pendant près d’une heure) est probablement le plat le plus épicé que j’aie mangé de tout le voyage. Mes papilles s’en souviendront longtemps !!!

Jour 343: jeudi 10 octobre 2019

Bon, une journée de repos c’est pas tout, mais il y a aussi de belles choses à faire à Pokhara ! Aujourd’hui, on a décidé de monter à pied à la Pagode de la Paix, un temple bouddhiste qui surplombe la ville et le lac Phewa.

Pas trop tôt quand même, car les nuages sont bien bas, et on voudrait profiter de la vue ! Après un petit-déjeuner à l’auberge préparé avec soin par Bishnu, nous voilà donc de retour dans nos chaussures de marche. Hm, l’odeur ne nous avait pas manqué… 😉 En revanche, on oublie la polaire et le leggings thermique, pour aujourd’hui : short et t-shirt sont de rigueur, il fait une chaleur de dingue !

Départ vers 10h ; le ciel s’est bien dégagé. On traverse une bonne partie de la ville afin d’arriver au bout du lac et trouver le pont qui permet d’atteindre la rive sud. La route s’enfonce de plus en plus dans les jolies banlieues de Pokhara… Décidément, la deuxième ville du pays n’a rien à voir avec Katmandou : ici, c’est aéré, on respire, et les maisons sont colorées. Bien sûr, le niveau de vie reste assez pauvre, mais l’environnement n’en est pas moins agréable. Beaucoup de maisons ont, en lieu et place d’un petit potager, une rizière familiale ou de quartier. Le vert fluo contraste avec les couleurs des constructions, c’est très sympa !

Crédit photo : Mark et Michelle.

Après une bonne heure à plat commence la montée : la pagode se trouve tout en haut des grandes collines qui bordent la rive sud du lac Phewa. Malheureusement, la montée est constituée presque entièrement de marches d’escalier, ce que je déteste, et se trouve en plein soleil… La chaleur est telle que je manque d’ailleurs de faire un malaise ! Plus l’habitude, après 2 semaines dans l’Himalaya… Heureusement, après un litre d’eau, des noix et une banane gentiment donnée par une Népalaise le long du chemin, ça va mieux et je finis la marche sans problème. Ce n’est pas très long (6 kilomètres en tout), mais ça grimpe dur sur les 2 derniers kilomètres ! Plus on s’élève, plus la vue sur Pokhara nous révèle à quel point cette ville est étendue. On ne s’en rend pas vraiment compte en déambulant uniquement à Lakeside, le quartier touristique au bord du lac…

La Pagode de la Paix, un superbe bâtiment blanc et doré, est en fait un temple bouddhiste japonais. La plateforme est entourée de jardins fleuris, l’endroit est super sympa. On n’entre pas à l’intérieur, mais cela valait la peine de monter jusqu’ici rien que pour la vue… Superbe !

Ne voulant pas descendre par le même chemin que celui par lequel on est monté, on s’engage dans la descente plutôt raide qui traverse la forêt et rejoint directement la rive du lac. Une descente plutôt ardue, même si le chemin est aménagé, car beaucoup des cailloux sont encore glissants de la pluie de cette nuit… Un bon 300 mètres de dénivelé négatif que l’on effectue lentement pour éviter que la cheville ou les genoux y passent. 🙂 Cela ne nous empêche pas d’admirer le paysage et les habitants de la forêt… Mention spéciale à l’abeille noire et bleue (!!) que Chris à réussi à photographier : dingue !

Il est 13h30 lorsqu’on rejoint le bord du lac, ou se trouvent plein de petites embarcations colorées, conduites par des rameurs locaux. Plutôt chouette de terminer cette belle marche par une traversée en barque ! 🙂

On croise des kayaks des pédalos, d’autres barques de croisière… C’est une journée parfaite pour se balader sur l’eau. Notre rameur manœuvre avec dextérité au milieu des patches d’algues qui poussent à profusion sur la surface du lac en cette fin de saison des pluies, et en un petit quart d’heure, on a rejoint la rive nord et le quartier de Lakeside.

Comme nous ne somme pas très loin du restaurant Café Concerto, réputé pour sa cuisine italienne et ses pizzas au feu de bois, on décide d’à faire un tour pour le dîner. Pâtes, pizzas et espresso sont effectivement à tomber, le resto mérite amplement sa réputation ! La note est plutôt salée car l’endroit est purement touristique, mais ça valait quand même le détour… 😉

Il est déjà 16h30, décidément, on est toujours aussi décalés ! On rentre à l’auberge en déambulant dans les petites ruelles du centre… C’est fou le contraste avec le Pokhara d’il y a 2 semaines : même si la ville à toujours cette ambiance ‘relax’, on ne peut ignorer le boum du début de la haute saison : c’est comme si la population de touristes avait été multipliée par 10 pendant que l’on crapahutait dans les montagnes himalayennes !!!

Fin d’après-midi tranquille à l’auberge… L’orage qui menaçait dans le lointain est finalement arrivé au bout du lac et Pokhara essuie actuellement des trombes d’eau, ce qui va de pair avec de nombreuses computes de courant et d’eau… Tout comme pour l’état des routes, c’est à ce genre d’expériences que l’on se rend compte du coût des services publiques solides et fiables !

On attend une accalmie, qui survient vers 20h30 : vite, fonçons au resto japonais repéré par Mark et Michelle, un peu plus bas dans notre rue ! Grande trouvaille, on se régale de plats dont je ne me souviens absolument plus le nom. Encore une ou deux coupures de courant pendant le souper… Mais la lampe solaire d’urgence, ça a son petit côté romantique ! 😉

Jour 344: vendredi 11 octobre 2019

Réveil au doux son des bruits du quartier… On est encore influencés par le rythme de notre trek dans l’Himalaya de toute façon, ce n’est plus vraiment possible de faire la grasse mat’. 😉

Plutôt que de prendre le petit-déjeuner à l’auberge aujourd’hui, on va tester celui de l’Himalayan Java Coffee House, dont Mark et Michelle nous ont vanté les mérites. Michelle, en bonne néo-zélandaise (les Kiwis sont presque aussi fous de café que les habitants de Melbourne), nous a décrit les arômes et la consistance du café dans les moindres détails et c’est vrai qu’après 2 semaines au thé à cause de l’altitude, une bonne dose de caféine donne vraiment envie… surtout sous la forme d’un cappuccino !  😉

On ‘chill’ dans les fauteuils confortables de ce Coffee House pendant toute la matinée… Le petit-déjeuner est excellent, tout comme le wifi, ce qui nous permet de bien avancer le blog dans un endroit agréable.

Vers 14h, on lève le camp, car on s’est donné rendez-vous au resto “Unique food” avec Jean-Baptiste. Ayant prolongé le trek en faisant quasiment toute la descente à pied depuis Jomsom, il est rentré hier à Pokhara !

Au final, ce n’est pas seulement Jean-Baptiste que l’on retrouve, mais aussi Maël, rentré de trek il y a deux jours, Bobby, l’Italienne, qui a comme nous pris un transport depuis Jomsom car elle n’en pouvait plus, et Alberto, qui a accompagné J-B jusqu’au bout et en a chié avec les 3’000 marches jusqu’a Poon Hill. L’ambiance est bonne, la bière aussi, on est 8 à table et chacun y va de son anecdote de trek… L’après-midi s’écoule de manière sympathique, on a beaucoup ri ! La palme d’or revient quand même à J-B, qui a effectué une partie du trajet de retour sur le toit du bus. Sur les routes suicidaires de l’Himalaya. Pas eu le choix, le bus était plein et le conducteur a obligé les seuls touristes présents à monter… Ce genre de truc, c’est toujours bien plus drôle après coup ! 😉

Comme à notre habitude, il est presque 17h lorsqu’on sort de table hihi. J-B, Alberto et Bobby ont décidé d’aller se faire masser, Maël va préparer son sac car il part à Chitwan demain, et Mark et Michelle vont se renseigner pour trouver un bus à destination de Katmandou… Vu l’heure avancée, on ne repasse pas par l’auberge ; on va directement s’installer au Movie Garden, où Mark et Michelle nous rejoignent une heure plus tard. Le Movie Garden est un endroit atypique, proposant un bar et un cinéma open-air au milieu d’un jardin. L’endroit est vraiment super sympa. Ils passent un film tous les soirs et aujourd’hui, c’est Slumdog Millionnaire !

Soirée super chouette à grignoter du pop-corn et déguster une bonne bière devant un film sous le ciel étoilé. 🙂

Il est déjà 21h30 lorsqu’on sort du Movie Garden. Beaucoup de restos sont déjà fermés car tout ferme tôt ici ; on trouve quand même un petit boui-boui ouvert, ce qui nous permet de déguster de délicieux momos avant d’aller sombrer dans les bras de Morphée…

Jour 345: samedi 12 octobre 2019

Snif, ce sont les adieux avec Mark et Michelle ! 🙁 Aujourd’hui, ils prennent leur bus de retour vers Katmandou, et s’envolent lundi pour le sud de l’Inde… Cela fait tout bizarre de se séparer après plus d’une semaine ; on a quand même passé un col à plus de 5’000 mètres et survécu aux routes himalayennes ensemble ! Pour eux, la fin du voyage est prévue pour mars, et ils comptent s’installer à Madrid, la patrie natale de Mark… On se promet de se revoir en Europe !!

Après avoir avalé notre omelette de petit-déjeuner, toujours préparée avec soin par Bishnu, on embarque les affaires de geek et on va s’installer sur la terrasse sympa du Freedom Café, au bord du lac. Pokhara invite vraiment à la détente, avec ses nombreux bars et coffee house… Magnifique vue et ambiance relax garantie. 🙂

On avance le blog, on discute… Je crois que petit à petit, on se rend compte que le retour approche. Dans à peine plus d’une semaine, nous serons en Suisse… Une chose est sûre, là où on a compris que notre vie était à nouveau sur le point de changer drastiquement, c’est lorsqu’on a entrepris de rechercher un logement à Paris pour le week-en prochain : “Heuuuuu… C’est le prix pour une seule nuit ça ?!? Mais on peut vivre une semaine entière au Népal pour cette somme-là !!!”

Le début d’après-midi se déroule au même rythme que la matinée ; on finit par manger le dîner là, à force de squatter une table. 😉 Jean-Baptiste et Alberto se joignent à nous, eux aussi flânaient au bord du lac en profitant d’une belle journée ensoleillée pour se reposer. Alberto à également fait une retraite méditative pendant son voyage, en Birmanie… On partage nos expériences et cela fait bien rire J-B !

Ce soir, Alberto et J-B vont au cinéma, tandis que de notre côté on fait une bonne centaine de mètres (l’activité du jour !) pour aller déguster une pizza au feu de bois aller resto Fireplace. On geek encore un moment, puis on rentre tranquillement à l’auberge…

Bishnu est dans le salon avec une bonne dizaine des voyageurs logeant chez lui : c’est son anniversaire et il nous invite à trinquer avec lui ! On s’assied pour discuter avec tout le monde, un mélange d’Espagnols, d’Italiens, Allemands, Singapouriens, Israéliens et Anglais. Bishnu nous apprend que l’on est chanceux de ne pas avoir planifié un retour avoir Katmandou aujourd’hui : la capitale est complètement paralysée par la visite du Président chinois ! Aéroports, routes, commerces, tout est clôturé par peur d’un rassemblement de protestation : il y a beaucoup de réfugiés tibétains au Népal, et le pays avoir vraiment peur de décevoir le Président chinois. Ce que Bishnu nous explique sur les relations Népal-Chine est d’ailleurs inquiétant… Le Népal, en tant que pays parmi les plus pauvres du monde, n’est pas vraiment en position de négociation lorsque la Chine “propose” d’investir dans le pays. La plupart des routes, le futur aéroport international de Pokhara, la restauration de certains temples, un projet de ligne ferroviaire entre le Tibet et l’Inde ? La Chine, la Chine, la Chine, et encore la Chine. Or, ce qui peut sembler être une aubaine économique pour le pays sur le court terme va s’avérer extrêmement dangereux sur le long terme… Rien n’est gratuit, et l’on a eu un aperçu de ce que cela pouvait donner au Cambodge. Le moins que l’on puisse dire, c’est que cela est préoccupant !

Il est passé minuit lorsqu’on se glisse sous le duvet. Cela faisait bien longtemps qu’on n’était pas allés au lit à cette heure-là… 😉

Jour 346: dimanche 13 octobre 2019

Nouvelle journée d’intense activité ! Cela commence par une douche (parce qu’on a eu trop la flemme de la prendre hier soir en rentrant), puis un moment geek, et enfin il est 10h30 lorsqu’on rassemble les affaires et que l’on sort sous le soleil intense de cette matinée déjà bien avancée.  On traverse tout le quartier de Lakeside car on voudrait aller déjeuner à Holy Momo, un petit restons local chaudement recommandé par Jean-Baptiste. Zut, c’est fermé !

On se rabat donc sur le Am/pm Organic Coffee, quelques rues plus loin, qui s’avère être un très chouette endroit. Excellent brunch, café savoureux et bon wifi ; autrement dit, on y passe une bonne partie de l’après-midi à avancer le blog.

Vers 16h, on se remet en route pour traverser Lakeside dans l’autre sens : cette fois-ci, on passe par l’avenue touristique, alias temple du shopping, car il y a quelques souvenirs que l’on aimerait bien ramener à la maison. C’est le dernier pays du voyage alors on peut se lâcher ! 😉

Petite boutique après petite boutique, on avance et on finit par se dépêcher afin d’être à l’heure au Movie Garden. On a tellement aimé l’expérience du cinéma open-air perdu au milieu d’un jardin que l’on remet ça ! En plus, ce soir, c’est ‘Into the Wild’, et le contexte s’y prête à merveille…

Jour 347: lundi 14 octobre 2019

Le gars de notre dortoir qui a remplacé Mark et Michelle est visiblement parti tôt ce matin mais je n’ai rien entendu… Il est 7h30 lorsque j’ouvre l’œil, super bien dormi !

On paresse un peu au lit puis on descend déjeuner. Sur la lancée d’hier, on continue à avancer le blog à un bon rythme, bien installés sur les coussins et tables basses du salon familial. En début d’après-midi, on se déplace de quelques rues pour aller déguster un plat népalais à Spice Népal, le boui-boui testé avec Greg et Virginie à notre arrivée à Pokhara. La ville regorge de petits restos locaux et coffee houses, on resterait bien encore quelques jours pour en tester plus ! Mais vu que le départ est prévu demain, il fallait bien revenir à l’un de nos favoris… 😉

Comme hier, on fait un tour dans les boutiques afin de compléter notre (petite) collection de souvenirs. On voulait vraiment ramener des drapeaux de prière et grâce au petit monsieur qui nous les les vendus, j’ai eu la réponse à la question que je me pose depuis notre arrivée au Népal : les couleurs de ces drapeaux ont-elles une signification ? Oui ! Bleu pour le ciel, blanc pour les nuages, jaune pour la terre, vert pour l’herbe, et rouge pour le feu, le vent ou le sable. Les 5 éléments selon la tradition bouddhiste ! Quant à la deuxième guirlande de drapeaux, elle porte les inscriptions ‘Om-Ma-Ni-Padme-Hum’, soit le mantra tibétain que l’on entend dans les fameux chants traditionnels. 🙂

On va terminer l’après-midi en se posant dans un café avec vue sur le lac (oh étonnant !) pour travailler le blog… On est maintenant tellement à jour qu’on va bientôt se mettre à écrire le futur ! 😉 Ce soir, pour notre dernier repas à Pokhara, ce sera resto vietnamien. Cela fait plusieurs fois que l’on passe devant et il nous faisait vraiment envie… Le ciel craque alors qu’on termine notre repas, et il se met à pleuvoir des cordes. On attend une accalmie pour rentrer à l’auberge…

Bishnu et sa femme sont là ; ouf, on voulait leur dire au revoir et on était pas sûrs qu’ils soient présents à notre départ demain matin ! On leur donne une partie de notre pharmacie dont on n’aura plus besoin, notamment les médicaments pour le mal d’altitude, ainsi que quelques habits qu’on ne remettra plus en Suisse. Ils récoltent justement les habits des voyageurs pour les donner aux habitants des villages défavorisés : c’est exactement ce qu’on voulait. 🙂

Bonne dernière nuit dans le calme de Pokhara… Demain on remet le cap sur la capitale bouillonnante et polluée !

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *