• Menu
  • Menu

Jours 323-324: Ceux qui atterrissent dans le passé

Katmandou, Népal.

Jour 323: vendredi 20 septembre 2019

Nous avons laissé Bangkok et la Thaïlande derrière nous… Le vol ne dure que 2h30 et la descente sur Hong-Kong est déjà annoncée. On observe, médusés, la couche monstrueuse de smog de pollution qui plane dans les alentours de cette presqu’île et le nombre de cargos en mer. Ça y est, l’avion se pose dans l’un des plus gros aéroports du monde ; le nombre d’appareils et de portes d’embarquement est vraiment ahurissant !

Juste avant d’atterrir, on a eu une information sur notre écran concernant les mesures de sécurité additionnelles prises en raison de la situation politique délicate de Hong-Kong actuellement. A cause des tensions avec la Chine, tous les passagers américains doivent se dépêcher s’ils sont en transit, car ils doivent passer des contrôles additionnels. Pour nous il n’en est rien, et notre escale de 3 heures se passe sans problème. On se pose dans un café et juste avant de ré-embarquer, on a droit à un superbe coucher de soleil… sur le tarmac, pour changer. 🙂

Décollage à 19h heure locale, destination Katmandou ! Le vol dure environ 5 heures et se passe sans encombre malgré quelques turbulences. Il est 21h15 lorsqu’on atterrit ; vraiment bizarre ces fuseaux horaires différant au quart d’heure près. On n’a plus que 3h45 d’écart avec la Suisse, et cela nous fait réaliser à quel point on se rapproche de plus en plus de la maison…

L’aéroport de Katmandou est minuscule : avec ses bâtiments en brique rouge d’un seul étage, le contraste est énorme avec ceux de Bangkok ou Hong-Kong ! Malgré cela, la sortie de l’aéroport n’est pas une mince affaire. Il nous faut faire la file pour effectuer une demande de visa automatique sur des bornes, puis passer au guichet payer le visa à un gars aussi sympathique qu’une porte d’armoire, passer l’immigration afin d’obtenir le tampon sur ledit visa, traverser la douane, et afin récupérer les sacs, ce qui prend des plombes car le tapis roulant est tombé en panne. Il est passé 22h30 lorsqu’on sort…

… Greg et Virginie nous attendent comme prévu ; ils ont atterri une heure avant nous ! 🙂 Embrassades et retrouvailles, nous avons l’impression de nous être quittés hier alors que c’était il y a un mois, sur Koh Samui en Thaïlande.

Nous n’avons aucune peine à repérer notre chauffeur parmi la foule de Népalais tenant des pancartes et s’agitant dans tous les sens pour trouver leurs clients. Gros moment de scepticisme en découvrant la taille de la voiture qui doit nous amener jusqu’à l’auberge… Ici, tous les taxis semblent sortis d’une Polypocket’ ! Mais après un bon coup de Tétris (pour les bagages comme pour nous), ça finit par rentrer. On a 30 minutes de trajet jusqu’à notre auberge, le Funky Monkey Hostel, à 2-3 rues du quartier touristique et animé de Thamel. Heureusement qu’on a bien papoté pendant le trajet, car cela nous a probablement évité quelques crises cardiaques : entre les voitures qui viennent à contre-sens et les vaches sur l’autoroute, la conduite ici a l’air assez sportive !!

Une fois installés dans notre auberge (qui n’est pas aussi bien que la note Booking le laissait présager), on tente de ressortir boire un verre à proximité… Mais tout semble fermé et les ruelles ne sont pas franchement engageantes. Ce sera pour demain, à la lumière du jour ! En attendant, on tombe comme des mouches : il est presque 1h du mat’ ici, mais pour nous il est passé 2h en raison du décalage horaire… Pour Greg et Virginie, c’est encore pire, puisqu’ils arrivent de l’Australie du nord et se sont levés à 3h ce matin pour rejoindre l’aéroport. Bref, bonne première nuit népalaise ! 🙂

Jour 324: samedi 21 septembre 2019

Réveil aux sons des chiens qui hurlent, des portes qui claquent, du propriétaire au téléphone, des coqs qui chantent… Pas franchement calme comme auberge !

On retrouve Greg et Virginie qui se sont réveillés tôt, comme nous. On voulait prendre le petit-déjeuner sur le rooftop de l’auberge mais les chaises sont déjà occupées… Cela dit ça valait la peine de monter quand même : on a une superbe vue sur Katmandou et les montagnes qui l’entourent. La ville nous paraît déjà immense ! En plus, super beau temps aujourd’hui ; le soleil tape déjà fort en ces heures matinales.

On prend donc notre petit-déjeuner en bas, et on a bieeeeeeeeen le temps de discuter car le mec de la réception met une heure et demie à préparer nos assiettes. Il semble d’ailleurs assez perché à longueur de journée, et me fait penser au paresseux du film d’animation ‘Zootopia’. 🙂

Il est 10h30 lorsqu’on se met en route, à l’attaque de la ville. On a réservé via l’auberge notre bus pour Pokhara pour demain, histoire de partir le plus tôt possible en trek : on ne sait en effet pas exactement combien de temps cela nous prendra, et mieux vaut avoir un peu de marge… Du coup, on n’a qu’une seule journée à Katmandou, ce qui s’avérera bien assez tant la ville est bouillonnante et polluée !

On sort de notre auberge et on part affronter les petites ruelles qui mènent à Durbar Square, le centre historique connu de la capitale. Et je dis “affronter” parce que le danger est bien réel : les chauffeurs conduisent vraiment comme des malades et les rues (sans trottoir, cela va sans dire) sont très très étroites !!! Camionnettes, scooters, rickshaws (tuk-tuk à l’indienne), chiens errants… et même des vaches. Les odeurs nous sautent au nez, tant celles qui sont plaisantes (certains mélanges d’épices, miam !) que les repoussantes comme l’urine, la pollution ou la viande passablement avariée qui chauffe tranquillement sous le soleil. D’ailleurs, après avoir vu 2-3 “étals”, on décide à l’unanimité que ces prochaines semaines népalaises seront végétariennes… On réalisera par la suite que c’est très courant ici : énormément de touristes boudent la viande par peur de tomber malade, ce qui est probablement une sage décision. La nourriture indienne, très présente au Népal, offre une grande variété de plats végétariens, ce ne sera donc pas un problème ! 🙂

La pollution est impressionnante ; par endroit, la ruelle semble floue tant elle disparaît dans la poussière et le smog. En revanche, les femmes en sari sont nombreuses et les couleurs magnifiques ! Les contrastes sont marqués ; cela nous fait vraiment mal au cœur de voir le niveau de pauvreté des habitants… On a l’impression d’évoluer dans un décor de film où l’on serait projeté des décennies en arrière.

Lorsqu’on arrive à proximité de Durbar Square, un type nous accoste et nous dit que le tarif est de 1000 roupies par personne pour accéder à la place. What ??? Cela fait quasiment 10 francs suisses, soit un prix complètement excessif pour le Népal ! On décide donc de contourner cette entrée et d’arriver sur la place par l’autre côté. Oh les rebelles… Il faut dire qu’on a de plus en plus de peine à porter l’étiquette “touristes”, surtout en Asie. On remarquera par la suite que la reconstruction des temples de la place (extrêmement affectée par le violent séisme d’avril 2015) est financée par la Chine, donc dieu sait où vont les 1000 roupies d’entrée. Bref…

Voilà, nous sommes dans la place. Elle contient de nombreux temples, ainsi que l’ancien palais royal où se trouve actuellement la kumari de la ville, une fillette choisie selon des critères de ‘beauté’ bien précis et qui passe sa vie enfermée, vénérée comme une déesse. Malgré quelques ruines et de nombreux échafaudages, la reconstruction des temples, 4 ans après le séisme, semble avoir bien avancé… L’ensemble est vraiment superbe !

On déambule dans les petites ruelles entre les temples, jusqu’à la place derrière l’ancien palais royal, où se tient un petit marché d’artisanat. Les bols tibétains nous font envie, mais ça attendra 3 semaines : ce serait stupide de se charger maintenant. 😉

On trouve enfin un ATM d’où l’on peut retirer une certaine somme à bas frais. Le premier rencontré ce matin a failli avaler notre carte bancaire (petite frayeur !) et le deuxième ne fonctionnait pas. Ouf, cette fois-ci c’est bon, nos portefeuilles sont remplis à craquer de billets qui ne valent pas grand chose… En route pour le resto Bambu, de l’autre côté de la place ! L’ambiance a l’air sympa et on a un petit creux. On s’y installe pour déguster une assiette de momos, les premiers d’une longue série ! Ce sont des beignets de pâte de riz, cuits à la vapeur ou frits, fourrés aux légumes ou autre ; une spécialité tibétaine que l’on trouve beaucoup au Népal, et qui s’avère excellente. 🙂

Cet après-midi, on se remet en marche en direction du fameux Monkey Temple (Swayambhu Temple, de son vrai nom), tout en haut d’une colline qui domine la ville. Il fait sacrément chaud ! J’avoue qu’un peu naïvement, je pensais avoir enfin froid au Népal, mais Katmandou n’est qu’à 1’300 mètres d’altitude et le soleil tape bien ! L’avantage, c’est qu’on a une journée absolument magnifique et le bleu du ciel contraste avec les couleurs des drapeaux de prière qui flottent partout dans la ville. C’est trop beau.

La montée au temple n’est pas de tout repos. L’escalier principal est bien raide et semble sans fin sous la chaleur ! Dégoulinants, on paie l’entrée à Monsieur Tête à Claques qui ne lâche pas un sourire, et on accède à la plateforme du temple. Une splendeur, je ne m’attendais pas à ça !!

C’est un temple bouddhiste évidemment, mais il est très différent de ce que l’on a pu voir jusque-là, en Thaïlande par exemple… Vraiment dingue. Cela valait le coup de monter toutes ces marches ! La vue sur la ville entière est également impressionnante… On a tous un peu de peine à réaliser que nous sommes aux portes de l’Himalaya. 🙂

On se balade dans le complexe des temples, le principal ainsi que d’autres plus petits à l’arrière de la colline. Il y a énormément de moulins à prière, c’est vraiment sympa. Gare aux singes par contre, qui sont vraiment nombreux : le temple porte bien son surnom de Monkey Temple !

Redescente dans la pollution… C’est vraiment hard Katmandou, entre la pauvreté, la circulation infernale et l’air pollué. On passe devant un petit café qui a un jardin vraiment mignon, en retrait de la rue et donc au calme. Parfait pour un jus de fruits, nous qui commencions justement à avoir soif et mal aux pieds ! Et de un lassi, un… 😉

Retour à l’auberge, avec un détour par Thamel, le quartier touristique par excellence. Une alignée de restaurants, d’agences de trek et de magasins d’articles de sports outdoors ! Chose étrange : c’est à peu près la 10ème fois de la journée que Greg et Chris (surtout Chris) se voient proposer du cannabis. Est-ce qu’on a des têtes de camés ou est-ce que c’est courant ici… ?

Petite pause à l’auberge où l’on prend le temps de se doucher et de se relaxer. On a repéré une petite adresse sympa pour ce soir : le Upstairs Café. Une fois de plus, TripAdvisor ne nous a pas déçus… Nouvelle tournée de momos ! 🙂

Retour dans notre auberge un peu crade pour une dernière nuit avant le départ pour Pokhara. On n’est pas fâchés de déjà quitter Katmandou : il y a certes de belles choses à voir mais l’atmosphère n’est pas des plus plaisantes… Il règne ici une ambiance un peu étrange, comme si la galère qui n’allait pas manquer de te tomber dessus était palpable !

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *