• Menu
  • Menu

Jours 275-277: Ceux qui rôdent dans les plantations

Tanah Rata, Cameron Highlands, Malaisie.

Jour 275: samedi 3 août 2019

Réveil en douceur… Le ventilateur tourne à fond et rafraîchit bien le bungalow. Pour l’humidité par contre, c’est autre chose : rien n’y fait, nos habits sont encore trempés de notre trek de ces 2 derniers jours. Tout pue l’acidité à plein nez ! On se résout à mettre tout ça dans un grand sac plastique pour le trajet ; nous ferons une lessive une fois arrivés à Cameron Highlands, ce sera bien nécessaire…

On a vu un peu large ce matin avec l’heure de réveil mais c’est tant mieux : on a bien le temps de savourer notre petit-déjeuner en terrasse, avec vue sur la jungle et la rivière !

Nos sacs fermés, on monte dans le pick-up du gérant de l’auberge, qui descendait justement au centre du village. Ouf, cela nous évite d’y aller à pied ; si l’on pouvait faire une journée sans transpirer 8 litres, ce ne serait pas plus mal. 🙂

L’agence NKS est en pleine effervescence lorsqu’on y arrive, car 9h30 correspond en même temps aux départs en trek des différents groupes, ainsi que de quelques transports vers d’autres destinations. On observe les guides rassembler tout le matériel et le distribuer aux touristes… C’est fou ce qu’ils sont bien organisés ces Malais ! 😉

On embarque dans un minibus. Départ à 10h, direction Jerantut ! Le chauffeur conduit de manière normale cette fois, pas comme le taré qui nous a conduit à Kuala Tahan il y a 3 jours. On met donc une heure et demie au lieu d’une heure, mais on moins, on évite de tomber sur les genoux de nos voisins.

Petite pause aux bureaux NKS de Jerantut, ce qui nous permet de boire un café avant de repartir, toujours à bord de la même navette, à destination de Cameron Highlands. On a commandé un plat de nouilles à l’emporter dans le bus étant donné que le départ est à midi ; ce qu’on ne savait pas, c’est qu’il était prévu que le bus s’arrête dans le village de Kuala Lipis pour que tout le monde puisse manger ! Après avoir partagé un plat de nouilles, on se partage donc une assiette indienne. 🙂

C’est reparti pour 2 heures de minibus ! On monte dans les hauteurs, donc la route tournicote passablement… Heureusement que l’on n’est pas malades en voiture ! Il est passé 15h lorsqu’on arrive dans le petit village de Tanah Rata, au cœur de la région de Cameron Highlands. L’endroit à un air de station de ski familiale ; d’ailleurs, on aperçoit même un « Hôtel Zermatt « !

On sort du bus, et là, un truc IN-CRO-YA-BLE nous tombe dessus :

DE LA FRAÎCHEUR !!!!!!

Je ne saurais décrire le sentiment de bien-être qui m’envahit. Excepté nos réveils très matinaux pour les volcans indonésiens, on n’a pas vraiment eu de climat frais depuis… la côte sud-ouest australienne, mi-mai ? La Tasmanie, début avril ? Beaucoup de nos rencontres déjà passées par la Malaisie nous avaient dit qu’à Cameron Highlands, il faisait frais (parfois même au point de sortir un pull, le truc de fou !), et j’avoue que je comptais les jours avant d’y arriver… D’autant plus après notre escapade dans la jungle !

Bref, c’est avec un sourire jusqu’aux oreilles et la chair de poule sur les avant-bras que l’on se dirige vers notre auberge, à 500 mètres du terminal de bus. Nouveau concept à tester : l’appartement partagé ! En gros, 4 chambres d’hôtel pour un salon, une cuisine et 2 salles de bain communes. Pour l’instant, l’une des autres chambres est occupée par une famille, mais par la suite, on aura l’appartement pour nous tous seuls !

Priorité numéro 1 après s’être installés dans notre chambre : faire une lessive. Nos habits empestent ! Ça tombe bien, il y a justement une laverie automatique en bas de l’immeuble de notre auberge. Deux heures plus tard, nos habits sentent bon et sont surtout SECS ! Incroyable. 🙂

On se documente sur la région… et on décide de prolonger notre séjour d’une nuit. Il faut savoir que Cameron Highlands est the place to be durant les week-ends pour bon nombre d’habitants de Kuala Lumpur à la recherche de nature et de fraîcheur. Demain, dimanche, risque donc d’être encore assez bondé, tandis que lundi devrait être plus tranquille !

Avec tout ça, c’est déjà le soir, et on a faim ! Ayant entendu dire que les restaurants indiens étaient réputés dans ce village, on a repéré une bonne adresse, Singh Chapari Urban, un peu en retrait de la route principale. Qu’est-ce qu’on se régale !! Ce mélange culturel qui se reflète aussi dans la cuisine, c’est l’un des aspects que l’on adore de la Malaisie… Trop bon, on se lèche encore les babines lorsqu’on se glisse dans notre petite chambre douillette. Pas besoin de ventilateur ce soir, et on a même un duvet : mamamia, qu’est-ce qu’on va bien dormir !!!

Jour 276: dimanche 4 août 2019

On est tout frais au réveil, dans les 2 sens du terme ! D’attaque pour une belle journée à 1’400 mètres d’altitude. 🙂

Comme le petit-déjeuner n’est pas compris dans la nuitée, on part à pied au centre du village s’attabler dans un café. Bonne nouvelle de ce début de journée : ils font des yogourts !! Moi qui suis en manque de produits laitiers depuis qu’on est en Asie… J’engloutis le mien en 3 secondes.

On se renseigne ensuite à l’agence touristique à proximité du café pour la location d’un scooter. Les casques sont bien entendu compris dans la location, et le type vérifie même le permis de Chris. Eh ben, quel changement par rapport à l’Indonésie ! 😉 C’est vrai que le trafic ici n’a rien à voir avec Bali, ou même Lombok ou Florès. Les Malaisiens conduisent de manière disciplinée, et portent tous un casque… Beaucoup de touristes optent d’ailleurs pour la location de voiture afin de visiter le pays à leur rythme. Ça, ça ne risque pas d’arriver en Indonésie !!

Retour à l’auberge pour geeker dans notre ‘salon privé’ durant le restant de la matinée… Au final, il est 14h30 lorsqu’on ressort. On a faim ! Cette fois-ci, on teste l’un des restos en bas de notre immeuble.

On est d’attaque pour une balade en forêt ! Il y a une bonne dizaine de chemins de randonnée qui partent directement du village et s’entrecoupent à plusieurs endroits, ce qui permet à chacun de créer son propre itinéraire. On commence à 10 minutes à pied de notre auberge, par la cascade Parit… L’endroit pourrait être joli, mais il est gâché par la vision d’horreur de dépotoir. Pourtant, on trouve que la Malaisie fait beaucoup mieux que l’Indonésie sur ce point-là : ce n’est pas Singapour certes, mais de manière générale, la nature est exempte de déchets ! Ici, visiblement, les gens se sont lâchés… 🙁

On continue vers un raccourci qui rejoint le chemin numéro 6. Ça grimpe dis donc ! On prend un grand bol d’air, à marcher dans cette forêt. Quel bien cela fait ! 🙂 C’est encore considéré comme la jungle, mais on trouve que c’est vraiment très différent de Taman Negara : beaucoup plus de mousse et de fougères, beaucoup moins de lianes… C’est autre chose, mais tout aussi beau. Pas évident, par contre, de bien placer ses pieds pour ne pas déraper dans l’enchevêtrement de racines qui forment le sentier !

On est de retour après 2 heures et demies de balade. Il nous faut encore traverser le village car on est arrivés à l’autre bout, puis on se pose dans notre salon pour avancer encore un peu le blog…

Une bonne douche plus tard, nous voilà attablés à un restaurant… indien, encore une fois. Murtabak de légumes pour moi (une sorte de crêpe fourrée), et l’inconditionnel poulet tandoori pour Chris. Un nouveau régal !

Jour 277: lundi 5 août 2019

Pas un bruit au réveil, on est vraiment seuls dans cet appart’ !

On ne tarde pas, car on a loué un scooter pour la journée et on se réjouit de continuer la visite de cette région. Pas de petit-déjeuner non plus, on le prendra lors de notre première étape… On se rend à pied à l’agence où l’on a déposé la caution hier pour le scooter. Celui-ci est en excellent état, il y a même un tissu anti-dérapant sur le siège !

En route pour la Cameron Valley, à une quinzaine de kilomètres du village de Tanah Rata. On va prendre le petit-déjeuner dans l’une des fameuses maisons de thé de la région ! Il faut savoir que Cameron Highlands a longtemps été une colonie anglaise. Grâce au climat frais et pluvieux, énormément de plantations de thé ont vu le jour dans la région, entre autres fermes de fraises, de choux, de champignons, et j’en passe… Si on met de côté les palmeraies, Cameron Highlands est un peu le potager de la Malaisie !

La maison de thé n°2 semble pleine à craquer (le parking contient 3 énormes bus de tours organisés)… On passe donc notre chemin et on va s’installer à la Tea House n°1, quelques virages plus loin sur la route en lacets. Ici, le parking est ridicule et ne peut accueillir qu’une dizaine de véhicules : même si cela signifie peut-être un peu moins de choix en pâtisseries, ça veut aussi dire qu’il y a beaucoup moins de monde. Adjugé ! On s’attable pour notre petit-déjeuner de thé noir à la fraise et pâtisseries, avec une vue imprenable sur les plantations de thé en contrebas. Avec les nuages encore bas de ce début de journée, l’ambiance est encore plus mystique. On admire les collines recouvertes de “patches” de thé d’un vert presque fluo… C’est magnifique !!

Notre petit-déj’ avalé, on paie l’entrée pour descendre dans les théières (ben quoi, on dit bien des rizières, non ?) Il y a très peu de monde ; on a le domaine quasiment rien que pour nous ! Le décor est vraiment splendide et on se marre bien à faire des photos en courant dans les petites allées entre les plantations… 🙂

Il est déjà passé 11h lorsqu’on se remet en selle. Comme on doit de toute façon traverser le village de Tanah Rata pour aller visiter d’autres vallées au nord-est, on s’arrête au commencement du sentier qui mène à la cascade de Robinson. Une mini-balade d’un kilomètre aller-retour, durant laquelle un chien me file une peur bleue : il surgit d’un buisson alors que je ne l’avais pas vu, la frousse !!

On passe à côté d’une ferme de fraises, et on remarque qu’ici, la culture se fait en pot… Très bizarre. Il est possible de payer pour faire une récolte à la main (apparemment, les touristes asiatiques raffolent de cette activité), mais perso, on préfère passer notre tour. On a ce qu’il faut à Mathod ! 😉

La cascade de Robinson est bien plus belle que celle de Parit, visitée hier. En plus, aucun déchet en vue, ce qui améliore grandement le paysage ! On l’admire un moment, puis on rebrousse chemin, en faisant cette fois attention au chien.

Rapide passage au terminal de bus, au centre du village, afin d’acheter nos tickets pour demain, puis on se dirige vers le nord. On passe un nombre incalculable de fermes à n’importe quoi le long de la route : cueillette de fraises encore et encore, réserve à papillons, garden center et mobilier de jardin, des maisons de thé en veux-tu en voilà… 😉 Hors plantations de thé cela dit, le paysage est un peu gâché par les innombrables serres de culture installées partout et dans tous les sens, même à flanc de colline plutôt raide…

On s’arrête au village de Brinchang pour dîner. C’est le deuxième village “de base” pour la visite touristique de la région. Mais là où les Occidentaux logent plutôt à Tanah Rata, ce qui fait ressembler le village à une station de ski, certes touristique, mais charmante, Brinchang est plutôt prisée des Chinois : énormes immeubles-hôtels bétonnés, zéro charme, la grosse industrie du tourisme et des cars climatisés ! Le restaurant malais que l’on trouve en bordure de la route principale fera quand même l’affaire ; c’est bon, et pas cher. 🙂

En route, cette fois-ci on s’aventure sur les petites routes des plantations de thé Boh, le thé le plus connu de la région. Zut, la fabrique est fermée le lundi ! Tant pis, on profite quand même du paysage sublime qui nous entoure. Que c’est beau, ces collines recouvertes de ce “tapis” vert ! On ne s’en lasse pas, d’autant plus que le soleil a refait son apparition, et que les couleurs n’en sont que plus éclatantes…

On ne fera pas l’aller-retour jusqu’à la Mossy Forest, proche d’ici : d’abord, parce que la route est interdite aux scooters et qu’il faudrait y aller à pied ou en stop, et secundo, parce qu’il paraît que la portion protégée est ridiculement petite, le reste ayant été ravagé par le tourisme… Un peu triste ; on préfère laisser ça de côté, à tort ou à raison ! On est déjà très contents des paysages qui nous en ont mis plein la vue jusqu’à maintenant. 🙂

On retourne se garer à proximité du temple chinois du village de Brinchang, pour s’aventurer à pied sur le chemin de trek numéro 2. Cela ressemble à s’y méprendre à la balade effectuée hier, sauf que malgré la beauté de la forêt, ce n’est vraiment pas évident d’y marcher : le chemin monte et descend au milieu des troncs et des racines, et avec la pluie qui est tombée cette nuit, le sol est hyper glissant ! J’ai aussi de plus en plus de mal avec l’humidité de l’air ; on décide donc de rebrousser chemin. Retour à l’auberge vers 16h pour une fin d’après-midi tranquille à avancer le blog dans le salon de notre appart’ désert…

On ressort vers 19h afin de rendre le scooter dans les temps. Pour le souper, on s’attable dans un café dont je ne me souviens plus du nom : on va tester le steamboat ! Selon la carte, c’est l’équivalent d’une fondue suisse, pour les Chinois. En fait, c’est tout simplement ce que l’on appellerait en Europe une fondue chinoise (sans blague), mais en beaucoup plus élaboré ! On a 2 bouillons différents remplis d’épices, un tom-yam et une soupe de poulet, ainsi qu’une quantité faramineuse de choses à cuire : du poisson, des fruits de mer, du poulet, des nouille de riz et des vermicelles, des œufs entiers, de l’omelette, du tofu, des légumes divers et variés, des champignons… Tout y est !!

On se régale, et il faudrait nous rouler pour le retour à l’auberge… Heureusement, elle est un peu excentrée, ce qui nous fait faire une (très) courte balade digestive. 😉

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *