• Menu
  • Menu

Jours 212-214: Ceux qui prennent un bain de foule

Jimbaran, Île de Bali, Indonésie.

Jour 212: samedi 1er juin 2019

Et une journée chill-geek en plus ! 😉 Décidément, on n’arrivera jamais à redécoller…

On a vraiment bien dormi dans nos “lits-capsules”. Il est presque 9h lorsqu’on émerge ! Pas de petit-déjeuner préparé par l’auberge, mais la nana nous a dit hier soir que le petit warung Rasa, au bout du chemin, faisait de la bonne nourriture pas chère. Allons tester !

Approuvé : c’était effectivement très bon, pas trop cher, en bonne quantité, et avec du café balinais, du vrai, Le tout avec un service irréprochable et un grand sourire ! Parfait, on tient notre nouveau QG. 😉

Matinée de geeking puissance mille… Le wifi fonctionne vraiment du tonnerre ; cela fait plaisir de voir que l’on avance bien sur le blog, et que la sauvegarde des photos/vidéos sur notre serveur à distance se fait à grande vitesse ! On avait largement mis ça de côté en Australie, vie en campervan oblige…

Après une matinée de geek, quoi de mieux qu’un après-midi et une soirée de geek ? 😉 Je précise que j’ai quand même alterné avec des travaux manuels, alias la couture de quelques petits drapeaux sur nos backpacks.

Yann, July, Ehowyn et Juno, la famille française de voyageurs que nous avions rencontrée à Salta en Argentine (dans une autre vie tellement ça nous paraît loin…), nous rejoignent ce soir. Ils arrivent de Nouvelle-Calédonie, et on ne les a pas revus depuis le souper cochon-d’Inde à Cusco, mi-décembre 2018… On a trop hâte de les revoir !!!

Souper maison avec ce que l’on a réussi à trouver dans le petit supermarché à proximité de l’auberge, et vers 23h, la petite famille débarque, complètement exténuée. Ils ont une bonne dizaine d’heures de voyage dans les pattes et un décalage horaire de 3 heures ; les enfants dorment debout…

Ehowyn et Juno au lit, on discute encore un moment autour de la table de la salle commune, et au dodo. Nous aussi au final, on est bien nazes… 🙂

Jour 213: dimanche 2 juin 2019

Petit-déj’ au warung Rasa avec toute la famille ! Le serveur a du mal, car on commande tous quelque chose de différent, boisson incluses… Quel plaisir de commencer la journée avec un bon café et une discussion entre amis ! Oubliées les 10 heures d’avion de la veille, les enfants pètent la forme et s’amusent avec le poisson rouge de la fontaine du restaurant. 🙂

Le temps de passer faire les courses pour le souper et les prochains déjeuners (avec des bananes à 50% qui ont fait planter la caisse du magasin pendant une bonne demi-heure !), nous voilà de retour à l’auberge en fin de matinée.

Après-midi de geek pour nous (on ne nous arrête plus !), école et devoirs pour Ehoywn et Juno ! On admire Yann et July : ça ne doit pas être évident de se motiver à cadrer les enfants tous les jours… D’autant plus quand il s’agit d’apprendre la langue française : Ehowyn est en train d’apprendre les règles du pluriel dans l’écriture des nombres. Trois-cent-mille-quatre-cent : les différents “mille” et “cent” de ce mot prennent-ils un “s” ? Grosse rigolade, personne ne sait et on est obligés de regarder sur Google… 🙂

Ce soir, on cuisine à l’auberge, et on s’organise pour la journée du lendemain. On n’a pas fait grand chose à part geeker ces derniers temps, mais cela fait du bien de se reposer avant de repartir en piste !

Jour 214: lundi 3 juin 2019

On avait dit qu’on ne voulait pas partir trop tard aujourd’hui, mais au final il est presque 10h lorsqu’on se met en route ! On a prolongé d’une nuit dans cette auberge, donc pas besoin de préparer les sacs, heureusement.

Petit-déj’ avec les copains, puis on les laisse faire les devoirs et l’école du matin. On se retrouvera cet après-midi, si on survit à notre épreuve du matin… La conduite folklorique du scooter asiatique ! On a loué un scooter pour la journée, histoire d’être autonomes, et surtout, vu le trafic et les embouteillages incessants, aller plus vite que les voitures…

Casque de champion vissé sur ma tête, j’avoue que je ne fais pas ma fière en montant à califourchon derrière Chris. En route pour le temple de Tanah Lot, à 35 kilomètres d’ici ! On commence à s’habituer au rapport temps-distance indonésien, et on sait que cela devrait nous prendre une bonne heure, si pas plus…

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le sud de Bali n’est pas franchement l’endroit idéal pour débuter en scooter. Il nous faut traverser le goulot qui passe à côté de l’aéroport, puis les villes de Kuta et Seminyak : freinage, accélération, doublage par la gauche, faufilement par la droite… Un véritable sport !!! Chris est si content d’être à nouveau au guidon d’un 2 roues qu’il doit avoir plein de moucherons collés sur les dents. Quant à moi, je serre les fesses et ferme parfois les yeux… mais réalise rapidement que Chris a la conduite chaotique dans le sang, ce qui me rassure passablement. Note : alors que Chris montait sur le trottoir pour éviter une voiture qui serrait d’un peu trop près, j’ai réalisé qu’on passait devant une boutique “zéro-déchets” d’alimentation en vrac… si si !!

On s’arrête sur le bord de la route toutes les 15 minutes pour vérifier l’itinéraire, et on continue à se faufiler… Une heure et quart jusqu’à l’entrée du temple, comme prévu !

On paie l’entrée et le parking, puis on s’engouffre dans le “village-marché” à l’entrée du temple… touristique à mort, nous avons un peu d’appréhension quant à ce qui va suivre !

Enfin, on arrive dans le temple, qui ressemble plus à un grand parc rempli de différents monuments et statues. L’endroit est surtout connu pour le coucher de soleil ; il y a d’ailleurs plein de restaurants en terrasse, et des serveurs qui nous sautent littéralement dessus pour nous coller un menu dans les mains. Même si ce n’est de loin pas encore l’heure du coucher, les Chinois sont au rendez-vous ! Et comme d’hab’, en masse, avec tout leur armement à selfie, en train de piailler dans tous les sens sans regarder le paysage… Bon, ce qu’il y a de bien avec eux, c’est qu’ils s’entassent tous sur le point de vue le plus proche de l’entrée, font 800 photos à la seconde et ne décollent pas de l’endroit. En s’éloignant de 30 mètres, le paysage est quand même beaucoup plus joli et l’atmosphère plus agréable ! (Notez que nous ne dénigrons aucunement la culture chinoise dans nos articles. Nous faisons juste un constat de ce triste mode de tourisme…)

On se balade un peu dans le grand parc, le long des falaises… Ce que l’on retiendra de l’endroit : cela pourrait être très beau… s’il n’y avait pas les milliers de touristes qui vont avec ! (et dont on fait partie, malheureusement)

En une heure, on a fait le tour et on fuit la foule. De retour sur notre petit scooter tout terrain, on s’arrête remettre un peu d’essence, puis manger dans un petit boui-boui. Proximité du temple oblige (on s’est pourtant éloignés de quelques kilomètres !), on se fait arnaquer en puissance, même si le plat était bon… Ayant demandé le prix à la fin du repas, on n’a cependant très peu de marge de manœuvre. Erreur de débutants… 😉

Retour à l’auberge en zig-zag sur les routes balinaises. Quel trafic, quel chaos, quelle lenteur ! Il faut le voir pour le croire…

On arrive vers 14h30 à l’auberge, et le timing est parfait avec Yann, Juju et les enfants qui reviennent justement de leur dîner dans un petit resto à proximité. On se pose un petit moment pour reprendre des forces, puis c’est reparti, direction le sud… Cette fois-ci, on va voir le temple d’Uluwatu, et on espère qu’il y aura un peu moins de touristes !

… Ben mon dieu, si on avait su… Une véritable MASSE de touristes comme on en a rarement vus. Pire qu’un samedi de vacances scolaires à Europa Park !!!! Un concentré de gens qui prennent des selfies comprennant 18 inconnus (manque d’espace oblige), et les postent sur Instagram plus vite que leur ombre. La situation est si pathétique qu’on hésite entre éclater de rire ou en sanglots ; on a honte de faire partie de cette foule !

Le temple, quasi inexistant, ne vaut franchement pas le détour. La situation géographique en revanche, perché au sommet de falaises imposantes, doit valoir la peine s’il n’y avait pas cette masse impressionnante de gens. La, c’est vraiment trop, et on n’a aucun plaisir à visiter cet endroit… jusqu’à ce qu’on rencontre un singe qui a piqué les lunettes de soleil d’une touriste étourdie. C’était pourtant bien précisé à l’entrée de ne rien porter sur soi que les singes puisent attraper !

Bientôt,  ce n’est plus un singe que l’on a vers nous, mais des dizaines… On observe leurs acrobaties, c’est bien plus sympa que le soi-disant temple… 🙂

On retrouve heureusement facilement nos scooters dans la marée de véhicules sur le parking. Le retour vers l’auberge est assez sport, car après 3 kilomètres, il fait nuit ! Le chaos de la route dans les lumières des phares, c’est vraiment pas évident… Une heure et demie pour faire 11 kilomètres, rapide arrêt dans une supérette compris. De la pure folie ces routes sud-balinaises, jamais je ne pourrais supporter un trafic pareil toute la journée. Je deviendrais complètement dingue !

On prend une bonne bière et un souper bien mérité au warung Rasa, le petit resto du bout du chemin. On croise les doigts pour que le nord de Bali soit un peu moins bondé de touristes, parce que là, franchement, on a eu notre dose pour les 12 ans à venir…

Les enfants au lit, on reste encore un moment dans la pièce commune avec Yann et Juju pour organiser la suite. On finit par s’effondrer de fatigue dans nos lits-capsules, crevés par cette journée digne de mario-kart !

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *