• Menu
  • Menu

Jours 185-187: Ceux qui racontent leur odyssée en PapyVan – Episode 10

Tom Price, Australie.

Jour 185: dimanche 5 mai 2019

Après une nuit agréable, nous nous levons tôt car ce matin il y a (encore) de la route à faire. En allant allumer le gaz pour faire chauffer l’eau, je m’aperçois que les mouches sont déjà réveillées et en pleine forme ! Le petit-déj’ sera donc consommé dans le campervan, à défaut de pouvoir se mettre à l’air libre…

C’est parti pour plusieurs heures de route. Nous quittons la côte pour entrer dans le pays, dans l’outback australien… Le parc national de Karijini est l’une des destinations qui nous attirait le plus lorsque nous avons décidé d’ajouter cette région dans notre tour du monde, et on a vraiment hâte d’y être…

Que dire, si ce n’est que la route est comme toute les autres, plutôt rectiligne avec quelques virages par-ci par-là, quelques camions à dépasser, et d’autres campervans à croiser. Camille au volant, j’en profite pour rédiger des articles sur le blog.

En plein désert, vous imaginez bien que nous ne verrons que quelques pompes à essence et plusieurs aires de repos avec très peu de gens au final. Nous nous arrêtons sur une de celles-ci comprenant des toilettes et trouvons deux vans sur place, les personnes présentes étant bien entendu en train de lutter contre les mouches.

Un autre campervan se parque pas loin du nôtre et nous entamons la discussion avec ce couple. Nous faisons la connaissance de Louis et Marie, un couple de jeunes belges, avec lequel nous nous lions rapidement d’amitié ! Quelques gesticulations plus tard, nous convenons de nous retrouver à Tom Price, la dernière ville avant d’entrer dans le parc national de Karijini.

Tom Price est une ville minière qui possède au moins un supermarché, détail important puisque dans le parc, à part un camping rudimentaire et un office du tourisme, il n’y a strictement rien d’autre… A notre arrivée, nous recroisons Louis & Marie et convenons à nouveau d’un campement gratuit ce soir pour nous retrouver.

Nous faisons le plein de nourriture dans le vrai supermarché, le plein d’eau également et profitons du wi-fi de la ville pour geeker un coup, pendant que notre lessive se fait. Eh oui, nous avons trouvé un motel qui disposait d’une chambre à lessive ouverte au public. Autant vous dire, qu’absolument tout est passé dans la machine à laver ! Nos habits étaient recouverts de poussière rouge…

Il est quasiment 19h lorsque nous reprenons la route pour nous rapprocher du parc national. A notre arrivée, nous retrouvons notre couple belge préféré. Adorables, ils ont déjà préparé des spaghettis pesto pour nous tous !

Entre nos deux vans, nous étendons le linge encore humide. Petite précision, nous sommes juste les quatre sur cette aire de repos… La soirée se déroule superbement bien, à discuter de tout et de rien, de nos expériences de voyage et à refaire le monde. Un beau moment de partage ! On décide de visiter le parc national tous ensemble. Avant de retourner dans nos vans respectifs, nous observons un petit moment la Voie Lactée au-dessus de nos têtes, seuls au monde…

Karijini National Park, Australie.

Jour 186: lundi 6 mai 2019

Question lancinante : quel est le taux d’activité des mouches aujourd’hui ? Pour y répondre, celui entre Camille et moi qui va ouvrir le gaz pour le petit-déj’ évalue la situation et en informe l’autre. Verdict sans appel : les mouches sont toujours aussi chiantes, à se flinguer !!! Quelle horreur, pas une seule seconde hors de PapyVan, qu’elles sont déjà en train de se réfugier dans nos orifices… Ça peut paraître drôle écrit comme ça, mais on vous promet qu’il faut avoir les nerfs solides pour ne pas craquer ! C’est peut-être le fait d’avoir effectué le programme de méditation MBSR qui nous a permis de tenir, qui sait…

Bref, je m’égare. 😉 Louis & Marie se réveillent en même temps que nous. Le petit-déj’ est pris dans PapyVan, après un essai à l’extérieur… C’était peine perdue avec les mouches ! Il est juste 8h et déjà une chaleur suffocante, on commence à dégouliner de sueur en mangeant à l’intérieur. 🙂

Avant de partir en direction du parc, nous retournons à Tom Price : Louis & Marie doivent faire le plein d’essence et nous, nous avons une newsletter à envoyer. Passage obligé au robinet d’eau potable le plus proche pour remplir notre réservoir, histoire de ne pas mourir asséchés dans le parc !

La route qui nous amène au parc est ponctué de points de vue déjà prometteurs. Des collines rocailleuses d’une couleur rouge sang, une verdure qui se teint de vert foncé et pour couronner le tout, un ciel bleu éclatant sans un seul nuage… Ça promet, et pourtant nous ne sommes même pas encore dans le parc !

On souhaite commencer la journée par Hancock Gorge, un des fameux sites du parc. Grosse déception, la piste est fermée pour cause d’inondations quelques jours auparavant 🙁 Le panneau indique que la route restera fermée ces prochains jours, sans précision de la date de réouverture… On croise les doigts pour que ce soit à nouveau accessible avant que l’on quitte le parc !

Nous poursuivons notre route jusqu’au point de vue de Joffre Falls. Les mouches nous accompagnent gaiement… Nous allons tenter la descente dans la gorge, au pied des cascades car depuis le point de vue, seule la gorge est visible ! Descente ardue, il faut bien poser le pied car le terrain est sinueux, rocailleux et par endroits, ça devient presque de l’escalade ! Les mouches ne nous aident évidemment pas, au contraire. Elles nous compliquent même la tâche, comme d’hab’ !

Une bonne vingtaine de minutes plus tard, nous voilà au fond de la gorge, entourés par des parois abruptes, toujours aussi rouges. Heureusement, grâce aux murs de pierres, nous avons un peu d’ombre… Rien que le fait de regarder le haut des parois nous donne presque le vertige 🙂 A part cette petite mare verte, tout est sec ici au fond, la cascade ne “fonctionne” que lors de la saison des pluies… Cela n’en est pas moins spectaculaire, car nous arrivons dans une sorte d’amphithéâtre, là où la cascade est censée se déverser ! Louis, très agile de par son physique svelte et élancé, mais surtout grâce à son filet anti-mouches, se lance à l’assaut de la paroi et monte un bon bout dessus. Il n’est qu’un petit point sur cette paroi d’une taille impressionnante !

Nous faisons tous demi-tour et escaladons à nouveau le sentier pour rejoindre nos vans respectifs, et nous déplaçons jusqu’au prochain point de vue: Knox Gorge. Pour y arriver, il faut rouler sur une piste de terre et cailloux… Notre PapyVan tangue dans tous les sens, tel un papi avec son déambulateur sur un trottoir en pavés ! On espère ne pas crever un pneu…

Fiers de PapyVan, nous nous parquons à quelques mètres du point de vue et là, on découvre un nouveau paysage époustouflant ! Depuis la plateforme, nous apercevons de l’eau au fond la gorge.

Le panneau d’information indique que le sentier est de classe 5 (randonnée à risque), et la chaleur est difficilement supportable. Les mouches ne nous laissant aucun répit, Camille et Marie décident de retourner au campervan pour aller à l’office du tourisme du parc, et préparer le lunch. Avec Louis, on se motive à descendre quand même… Effectivement, on ne tarde pas à se contorsionner sur certains passages dans la descente, le terrain n’étant pas balisé. Une petite demie heure de descente, exposés au soleil, et nous posons le pied au fond de la gorge… Il faut passer entre les arbres, marcher dans le ruisseau qui traverse la gorge et enfin nous arrivons au point d’eau que l’on apercevait depuis la plateforme !

Un groupe de randonneurs se baigne tranquillement dans l’eau. Il fait tellement chaud (et c’est moi qui dis ça !) que je me rafraîchirais bien un coup ! Mais avec Louis, on souhaite quand même aller jusqu’au bout de la gorge ; nous ne le regrettons pas… Après une quinzaine de minutes de marche supplémentaire, nous arrivons dans une impasse où se dressent des parois qui me rappellent les Pancakes Rocks en Nouvelle-Zélande. Il y a bien un passage hyper étroit au bout, mais je ne tente pas, mes grosses chaussures de marche n’étant pas adaptées pour s’accrocher aux parois… Louis s’y lance et grâce à sa souplesse toute en maîtrise (et son filet à mouches, bien entendu), il parvient à avancer ! Il me dit que de l’autre côté, à part un étang qui est à sec, il n’y a rien… Il perdra sa gourde en passant !

Retour vers le point d’eau de tout à l’heure, le groupe de randonneurs est parti. Nous avons la petite lagune pour nous ! Hop en caleçon, on saute dans l’eau et ça fait nous rafraîchit d’un coup… Aaaah les petits plaisirs de la vie ! Dans un cadre comme celui-ci, j’aurai pu y rester la journée 🙂 Mais, il va falloir retourner auprès des nanas qui nous attendent pour dîner, car il est bientôt 14h !

Remontée jusqu’à la plateforme, reprise du campervan de Louis, Camille étant partie avec PapyVan. Nous roulons une soixantaine de kilomètres pour rejoindre les miss, sur le parking de l’accueil touristique. On se résigne à manger dans PapyVan encore une fois, les attaques de mouches étant féroces et réellement agaçantes !

Après avoir suffoqué dans le van, nous passons en vitesse au centre touristique pour nous renseigner de la date d’ouverture de Hancock Gorge. L’employée n’en sait pas plus, malheureusement… On attendra ! Et en attendant, il faut trouver un campement pour ce soir. Comme nous voulons commencer les marches demain tôt, nous nous décidons à réserver une place au camping du parc national. Les emplacements étant très larges, nous n’en réservons qu’un pour nos deux vans !

A 10 kilomètres de Dales Gorge, notre camping de ce soir, se trouve Fortescue Falls. Nous y allons tous ensemble, munis de nos maillots de bain. Vu la chaleur encore présente à cette heure-ci de la journée, un passage dans l’eau fraîche nous fera du bien. Fortescue Falls est une piscine naturelle, où la cascade se déverse en passant par les roches rouges. C’est un petit paradis sur terre ! L’eau est tiède, on se met facilement dans l’eau et prenons quelques photos de l’endroit… Comme on est bien et en super bonne compagnie avec Louis & Marie, deux personnes adorables !

Le soleil commence à se coucher et avant que ce ne soit sombre, nous remontons jusqu’à nos voitures pour retourner à notre camping. Les gorges sont déconseillées une fois la nuit tombée, car les serpents, araignées et chauve-souris peuvent faire leur apparition !

Nous conduisons de nuit, le soleil était pressé de se coucher ! Le camping ne se trouve heureusement pas trop loin. Sueur froide de la journée : nous constatons que la batterie de PapyVan est à plat. Le frigo était à son maximum (on a dû tourner la molette en mettant quelque chose dedans), du coup ça a pompé toute la batterie… Zut ! Il nous faudrait brancher PapyVan à une source d’électricité pour qu’elle reprenne vie, mais vu qu’il n’y a rien à Karijini, nous devrons attendre de retourner à Tom Price !

Cela ne nous empêche pas de préparer le souper à la lampe frontale et installer les chaises à l’extérieur pour passer la soirée à la belle étoile… la Voie Lactée au-dessus de nos têtes !

Karijine National Park, Australie.

Jour 187: mardi 7 mai 2019

Fait notable du jour : nous pouvons prendre le petit-déj’ à l’extérieur, car les mouches ne sont pas encore trop nombreuses !

Aux environs de 9h, nous retournons à Fortescue Falls. Nous ne descendons pas tout de suite dans la piscine naturelle, mais nous entamons plutôt une marche qui passe par trois gorges différentes avec des piscines naturelles dans chacune d’elles. Le chemin suit la falaise pour atteindre le premier point de vue : Three Ways Lookout. Nous pouvons apercevoir l’étendue de ces gorges depuis là… WOW !

Il est maintenant temps de descendre au fond du canyon : la marche n’est pas très difficile mais il vaut mieux regarder où l’on pose ses pieds. Au bout de quelques kilomètres de marche, nous arrivons à Circular Pool, surnommée ainsi à cause de sa forme circulaire. Nous sommes dans une impasse entourés par des parois imposantes… L’eau est verte mais plutôt fraîche ! Nous n’hésitons cependant pas longtemps avant de nous mettre à l’eau : on n’a pas tous les jours l’occasion de se baigner dans un tel décor !!! 🙂

Rafraîchis, nous continuons le sentier qui passe dans les gorges rouges, un peu de vert par-ci par-là quand même pour donner des couleurs contrastées. Même les libellules sont rouges… 🙂 Parfois, nous sommes totalement exposés au soleil, mais lorsqu’il y a de l’ombre nous profitons pour boire un coup !

Nous arrivons à la 2ème piscine naturelle, celle des Fortescue Falls, là où nous nous sommes baignés hier en fin de journée. Cette fois, l’arrêt ne sera que pour les photos. Nous décidons en effet de continuer jusqu’à la 3ème et dernière piscine naturelle : Fern Pool. Piscine d’une beauté splendide, avec sa petite cascade et son accès derrière celles-ci ! Un paradis visuel 🙂 Excepté Marie, nous nous mettons tous à l’eau incroyablement tiède… On est conquis par ce paysage !

Nous restons une bonne quinzaine de minutes dans l’eau à admirer la nature qui nous entoure, et à se faire masser par les chutes d’eau. Sortis de l’eau, nous sommes secs en quelques secondes ! Nous remontons la gorge par Fortescue Falls, une passerelle est installée et donc facilement accessible depuis le parking.

Pour palier à la faim qui a commencé à tordre nos estomacs, nous trouvons un petit coin avec une table de pique-nique. Peine perdue, l’assaut des mouches est violent à tel point qu’on doit se replier dans le van de Louis & Marie… Nous dégoulinons de sueur !

Camille et Marie ont très envie de voir Knox Gorge. On se rend donc au parking du point de vue et on entame la descente. Lentement mais sûrement ! Arrivés au bout de la gorge, là ou le passage se resserre, nous sommes ébahis par le décor, même si Louis et moi l’avons déjà vu hier !

On se met à l’eau une dernière fois dans la petite lagune ! Elle commence à être fraîche puisque à cette heure-ci, nous sommes à l’ombre…

Retour au parking. Depuis là, nous décidons d’aller au premier camp gratuit le plus proche de Hancock Gorge, au cas où la route serait à nouveau accessible demain… Nouvelle soirée à refaire le monde avec ce chouette couple de Belges, et toujours avec la Voie Lactée au-dessus de nos têtes ! 🙂

 

Odyssée en PapyVan – Episode 10 – L’itinéraire de l’étape (673 km) :

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *