• Menu
  • Menu

Jours 182-183: Ceux qui racontent leur odyssée en PapyVan – Episode 8

Cape Range National Park, Australie.

Jour 182: jeudi 2 mai 2019

Une autre journée formidable ! Décidément, ce tour du monde ne nous laisse que peu de répit entre toutes ces merveilles…

Bon, il y a quand même encore et toujours ces chiant’flies, impressionnantes de persistance à envahir notre espace personnel. Ce matin, on doit renoncer à notre petit-déjeuner sur l’aire d’autoroute où l’on a dormi car on a ouvert la porte (l’erreur de débutant) et ça a été l’invasion. Entre les gestes dans tous les sens, fermer les yeux toutes les 2 secondes, souffler constamment par le nez pour éviter qu’elles remontent jusqu’aux sinus, c’est impossible de préparer des tartines, et encore moins de les manger…

Vite vite vite, tout ranger dans les placards ! On se déplace jusqu’à la prochaine aire de repos à pleine vitesse, les vitres ouvertes car on a remarqué que c’était le seul moyen de les faire sortir du van. On ferme les fenêtres juste avant de ralentir et on mange notre déjeuner enfermés dans PapyVan. Heureusement, il ne fait pas encore trop chaud et on peut même geeker une petite heure avant de reprendre la route.

9h30, c’est reparti ! Chris est au volant et on se dirige vers Exmouth. Mais avant, plusieurs arrêts pour admirer le Charles Knife Canyon, en priant pour que PapyVan survive à cette route caillouteuse et sinueuse qui ressemble (un peu) à la Muraille de Chine…

Le Charles Knife Canyon est énorme, et nous rappelle le Cañon del Anaconda, visité en Bolivie pendant le tour dans le Sud Lipez ! Un peu moins large quand même, et avec de la terre rouge. Certains points de vue valent largement la peine, d’autres un peu moins : c’est le cas du Thomas Carter Lookout, pour lequel on marche un bon kilomètre en pleine fournaise, avant de s’apercevoir qu’on ne voit en fait que le haut de la faille et que ce n’est que le début d’une balade ! Or, on est en tongs, il est bientôt midi, et la température peut monter jusqu’à 50 degrés dans les gorges (allez disons 40, puisque nous sommes en automne)… On passe notre tour pour cette fois !  On préfère rebrousser chemin et se consoler avec d’autres points de vue sans nom, mais largement plus beaux. 🙂

Et voilà que sur la route vers Exmouth, on se retrouve presque nez à nez avec 2 émeus !! Ils marchent tranquillement à côté de PapyVan… Trop fou toute cette vie sauvage que l’on peut observer depuis qu’on est arrivé dans ce pays !!! On ne sait plus où donner de la tête ! (Et ce n’est pas seulement à cause des mouches…)

Vers midi, on crève déjà la dalle, et on s’arrête dans la petite ville d’Exmouth pour pique-niquer à l’ombre d’un eucalyptus. On passe ensuite l’heure la plus chaude de la journée sur la terrasse ombragée d’un café… Petites courses pour compléter nos provisions, puis passage dans quelques agences pour réserver l’excursion du siècle pour samedi (suspense). On doit en faire 3 avant d’en trouver une qui ait encore des places libres, mais c’est tout bon. Youpie ! 🙂

Après ça, il est 15h30 lorsqu’on reprend le volant en direction du parc national de Cape Range. On doit aller jusqu’à la pointe nord de la péninsule et redescendre sur l’autre côte, car il n’y a aucune route qui traverse cette fameuse “Chaîne du Cap” qui a donné son nom au parc.

Arrêt rapide au camping de Yardie Homestay pour demander s’il y a besoin de réserver pour demain (non, c’est tout bon !), et on se dirige vers le départ de la balade de Mandu Mandu Gorge. C’est censé être à 20 minutes de route, même pas, mais on met près d’une heure pour y arriver, la faute aux kangourous. On en voit soudain 1, puis 2, puis 10…

… Y’EN À PARTOUUUUUUUT C’EST TROP GENIAAAAAAAAAL !!!!!!!

Et à chaque fois qu’on en croise un, il faut s’arrêter pour l’observer. On est aux anges, et moi je voudrais en adopter tout un troupeau !!!!!! 🙂 🙂 🙂

Bref, on finit quand même par arriver au départ de cette balade. C’est une boucle de 3 kilomètres qui longe d’abord la falaise de la gorge depuis le bas (sur le lit de la rivière inexistante), puis ça monte ; on profite alors de la lumière du soleil presque couchant sur la gorge, qui fait ressortir la couleur rouge de la roche. C’est beau !

Grâce à Chris (mes yeux sont vraiment pourris), on voit même 2 wallabies sur la paroi en face de nous !!! Waouuuuh !! Cette espèce est assez fréquente dans les gorges de ce parc national, mais c’est quand même vraiment trop chouette de pouvoir l’observer comme ça sur les falaises. Et en plus, on a pensé à prendre les jumelles cette fois ! 😉

Retour au van, super contents d’avoir vu des wallabies et de s’être dégourdi les jambes. On voudrait arriver assez rapidement à notre camping (réservé en ligne il y a quelques jours car apparemment les campings de ce parc sont assez prisés), mais voilà qu’on croise à nouveau des kangourous par-ci et des kangourous par-là, en veux-tu en voilà… Il y en a tellement, c’est le paradis !!! Et du coup, quand on arrive à notre campement juste à côté de la plage, le soleil s’est déjà couché… oups. 😉

La nuit tombe, les mouches vont dormir et on prépare le souper. La température est parfaite et on reste un bon moment dehors, bien installés sur nos chaises de camping. On geek un moment, puis on éteint les lumières pour observer le ciel : la Voie Lactée dans toute sa splendeur est encore au rendez-vous…

Jour 183: vendredi 3 mai 2019

Réveil aux aurores ! On voudrait retourner voir les wallabies dans une autre gorge du parc, Yardie Creek, et apparemment, le meilleur moment pour les observer, c’est le matin. Sauf que quand le réveil sonne à 6h30, le soleil n’est pas encore levé, ou du moins pas encore passé au-dessus de la Chaîne du Cap ; on prend donc le temps de déjeuner avant de partir.

8h, on commence la balade ! Enfin, “balade”, c’est un bien grand mot : 2 kilomètres aller-retour depuis le parking. 😉 Mais ce n’est pas plus mal, car il fait déjà très chaud… Le chemin monte et descend dans les petites gorges autour de Yardie Creek, la crique principale, qui est cette fois remplie d’eau. Les paysages sont magnifiques !!!

Grâce à 2 Australiens dont le regard est bien plus acéré que le nôtre (forcément, quand on regarde la mauvaise falaise…), on aperçoit à nouveau 2 wallabies qui font leur toilette et se reposent à l’ombre de la roche. Tellement mignon cet animal, on est tout attendris ! On dirait vraiment un croisement entre un kangourou et un écureuil. 🙂

Après cette petite balade pour se mettre en jambe, il est 9h30 lorsqu’on s’installe sur le sable fin de Sandy Bay, l’une des plages paradisiaques du parc national. Lecture, dessin, bronzette, snorkelling pour voir tous les petits poissons… Quand on a finalement trop faim, on revient au parking et on installe la table extérieure et les chaises pour pique-niquer à l’ombre de PapyVan. La vie est belle ! 🙂

Deuxième plage de la journée : Turquoise Bay. C’est la plus connue du parc national, mais on est à peine 10 personnes sur la plage ! Le programme est à peu de choses près le même qu’avant, si ce n’est que Chris a la chance de nager pendant quelques minutes avec une tortue avant qu’elle ne disparaisse dans les profondeurs de l’océan. Pour ma part, je n’ai eu le temps de voir que sa petite tête sortir de l’eau à quelques mètres !

On sèche au soleil, puis on se déplace vers la 3ème plage de la journée (notre vie est beaucoup trop compliquée). Départ vers 17h, et malgré le nombre croissant de kangourous à côté de la route, on parvient à se contrôler pour arriver à temps à Mauritius Beach pour le coucher du soleil. Et Mauritius Beach, ce n’est pas n’importe quelle plage : elle permet… le nudisme ! Expérience inédite et improbable !! Bon, on est quasiment seuls sur la plage donc ce n’est pas non plus extrême, mais il faut avouer qu’assister à un coucher de soleil tout nu, ça a quand même son petit côté exotique. 😉

On arrive au camping de Yardie Homestay un peu après 18h, et la douche fait le plus grand bien. On cuisine et on geek un moment en écoutant les dingos hurler au loin… Le chant de ses “chiens” sauvages australiens ressemble vraiment à celui d’une meute de loups !

On est en train de manger notre souper lorsqu’on entend “Hé mais qui voilà ??” C’est Valentin et Mélissandre, qui viennent aussi d’arriver au camping. C’est déjà la 4ème fois qu’on se croise, alors que la côte australienne fait quand même plusieurs centaines de kilomètres ! 😉 Ils sont avec 3 autres couples de Français, et on les rejoint sur la terrasse du camping après le souper. Valentin et Sasha nous racontent leurs déboires à la pêche, qu’est-ce qu’on rit ! On discute aussi avec Maurine de l’Indonésie et la Malaisie… Waaah, on se réjouit d’y être. 🙂

Retour au van pour une bonne nuit, demain sera une grosse journée !!

 

Odyssée en PapyVan – Épisode 8 – L’itinéraire de l’étape (292 km) :

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *