• Menu
  • Menu

Jours 168-171: Ceux qui entament leur odyssée en PapyVan – Episode 1

Nambung National Park, Australie.

Jour 168: jeudi 18 avril 2019

Aujourd’hui est un grand jour, nous allons rencontrer PapyVan ! Ainsi baptisé en raison de sa taille et de notre petite « erreur » de réservation…

On se réveille aux aurores, et on prend le petit-déjeuner dans la salle commune. Sacs bouclés, départ vers 8h ! On fait le trajet inverse en bus par rapport à notre arrivée il y a 3 jours, car le dépôt de la compagnie Mighty Campers est situé tout près de l’aéroport.

Arrivés là-bas, on effectue la paperasse nécessaire, puis on examine le véhicule avec une nana de la compagnie… Comme il est un peu plus « luxueux » au niveau des installations, on a pas mal de questions ! Bon, au final ça va, mis à part le fait qu’on a des toilettes et la possibilité d’installer une petite table à l’avant sans devoir démonter le lit (ce qui est plutôt cool), ça ne change pas énormément de notre Happy Van Jr tasmanien. Il fait juste 7 mètres de long !!

Je laisse donc Chris conduire, car les gros véhicules en pleine ville, je ne suis pas sûre de maîtriser. Je préfère largement le rôle de copilote, et Chris fait des miracles en terme de manœuvres pour se parquer. Il faut dire que malgré sa taille, PapyVan n’a aucun système de caméra ou même de ‘bip’ de recul, et on ne voit pas grand-chose à l’arrière en raison des aménagements intérieurs !

En route, on a du boulot aujourd’hui ! Grosse journée d’installation en perspective. On passe d’abord dans un Bunnings Warehouse (sorte de « Do-it / Garden Center ») afin d’acheter des chaises de camping, trois fois moins chères à l’achat qu’à la location auprès de Mighty Campers. Deuxième étape, passage chez SuperCheap Auto, pour l’adaptateur électrique qui nous permettra de charger l’ordi sur le van lorsqu’on sera en route. On l’a enfin trouvé ! 🙂 On profite ensuite du Aldi, juste à côté, pour faire de grosses provisions et remplir notre frigo, sans oublier Office World, chez qui l’on fait une recharge de crayons de couleur. Les nôtres sont devenus tout petits suite aux nombreuses œuvres d’art de Chris !

On pique-nique dans un parc dans la banlieue sud de Perth, puis direction le nord en passant par les énormes autoroutes à 5 voies qui contournent le centre-ville. Nouvel arrêt chez JB Hi-Fi pour souscrire à une carte prépayée auprès de Telstra, le meilleur opérateur en terme de couverture réseau dans les endroits perdus au milieu de l’outback. Les données internet ne sont pas trop chères en Australie, et comme ça on pourra partager la connexion avec l’ordi afin d’avancer le blog sans accumuler trop de retard, et devoir payer 18 cafés pour publier un article. 😉

Tout bien réussi jusque-là, mais notre dernière mission de la journée est un échec : pas pu remplir le réservoir d’eau pour utiliser l’évier de PapyVan ! On a fait 3 aires d’autoroutes indiquées sur WikiCamps comme ayant un robinet avec de l’eau potable, mais aucun des 3 endroits n’était suffisamment proche du parking pour que l’on puisse relier le robinet à notre van à l’aide du tuyau. Tant pis, ça attendra demain ; en attendant, on a acheté un gros bidon de 10 litres pour parer à toute éventualité !

Pris d’une énorme crise de bâillements, on se déplace un peu plus au nord, jusqu’à une aire d’autoroute qui autorise le camping gratuit. Petit endroit tranquille au milieu des eucalyptus avec des toilettes tout à fait propres, si ce n’est le grand nombre d’araignées qui se baladent. Faut juste éviter de s’asseoir sur l’une d’entre elles pour faire pipi ! 😉

Il est 17h, la nuit commence à tomber, et l’on s’installe dans notre nouvelle maison… Nos sacs sont rangés sous le lit et ne ressortiront plus pendant 1 mois, toutes nos provisions et affaires ont trouvé leur place, on se sent déjà chez nous ! On inaugure notre cuisinière avec un ENORME plat de tortellinis au pesto, puis dodo dans notre lit douillet… A noter que grâce à notre connexion internet, on a même pu regarder une ou 2 vidéos de Yann Marguet avant de dormir. Si c’est pas la grande classe ça ! 😉

Jour 169: vendredi 19 avril 2019

Mamamia, le vent ! Des trombes d’eau alternent avec des superbes éclaircies, et notre programme du jour change toutes les 5 minutes. Parc national de Yanchep ou pas ? Sachant qu’on y va principalement pour les kangourous et les koalas qui ne doivent pas particulièrement apprécier les seaux d’eau qui leur tombent sur la tête plusieurs fois par heure, on décide de garder cette étape pour la route de retour vers Perth (l’avantage de faire un roadtrip en boucle !), et de se diriger directement vers le nord. Mais avant cela, un petit-déj’ de roi et une matinée geek en puissance !

Vers 12h30, on lève le camp et on roule vers le nord. On se dirige vers le parc national de Nambung, mais on s’arrête en chemin car Chris a repéré une aire de pique-nique, dans un petit village, qui semble avoir tout ce dont on a besoin. Pique-nique au soleil (à moitié dans le van quand même, car le vent est assez fort !), vaisselle lavée, une superbe douche froide revigorante à l’abri du vent, en plein air et avec vue sur l’océan, et un robinet suffisamment accessible pour remplir d’eau le réservoir de PapyVan. Mais que demander de plus ?

On reprend la route vers 15h30, tout contents. C’est fou le sentiment de bien-être que peut procurer une douche et un campervan fonctionnel. 🙂 On roule jusqu’au parc national de Nambung avec l’idée d’y arriver pour avoir la belle lumière de fin de journée sur les Pinnacles, ces étranges formation de calcaire qui sortent du sable en plein milieu de nulle part.

16h30 lorsqu’on entre dans le parc, le timing est parfait ! On gare PapyVan et on s’en va découvrir les Pinnacles à pied grâce à la boucle de 1.5 kilomètre qui passe entre ces étonnants rochers. Alors que les dunes de sable aux alentours sont blanches, ici le sable est jaune-orangé ! C’est vraiment trop beau… Quel paysage atypique ; malgré la présence de nombreux buissons, on se croirait sur une autre planète !

On se balade entre les roches, quand soudain, sur qui tombe-t-on ?

Monsieur Pinnacle !!! Heuuuuu mais qu’est-ce qu’on a ri !! 🙂

Quand on revient au parking après une bonne heure et demie à admirer les Pinnacles, le soleil s’est couché et le ciel s’assombrit. On se reprend une douche de pluie en conduisant jusqu’à l’air de repos où l’on passera la nuit, au nord du parc national, mais heureusement, cela s’arrête juste avant que l’on arrive. Préparation d’un succulent émincé de poulet au curry et lait de coco (on ne se refuse rien !), et le temps de faire la vaisselle, il est 20h30 lorsqu’on se glisse dans le lit… Record néo-zélandais / tasmanien battu ! 😉

Jour 170: samedi 20 avril 2019

Se réveiller au son d’oiseaux que l’on n’arrive pas à reconnaître, ça fait vraiment très exotique ! On a fait la grasse mat’ ; il est passé 8h30 lorsqu’on se lève. Qu’est-ce qu’on dort, mais qu’est-ce qu’on dort !! Et super bien en plus. 🙂

On sort nos chaises de camping pour siroter notre café du matin en plein air. De gros nuages passent encore, mais ça se dégage et on aura un grand soleil pour le restant de la journée !

Pendant le petit-déjeuner, on discute un moment avec Valentin et Mélissandre (pour une fois, on n’a pas oublié de demander les prénoms !), nos voisins de camp qui nous abordent car ils sont intrigués par notre van. Il faut dire que l’aire d’autoroute est envahie de 4×4, on détonne un peu ! Sacré PapyVan, il nous fait même faire des rencontres… 😉

Il est 9h30 lorsqu’on se met en route. On fait un crochet vers le sud pour retourner voir les Pinnacles, car on a beaucoup aimé hier et on n’a pas eu le temps de tout voir en raison de l’heure avancée. Ce matin, on fait la boucle de 4 kilomètres en van, qui passe sur et entre les dunes et donne des superbes points de vue sur ce désert jaune improbable. Avec ces routes de sable, PapyVan est bien vaillant, et on fait presque du rallye… à 20 km/h d’accord, mais quand même !

On passe aussi un moment dans la galerie attenante au parc, remplie d’explications sur la formation de ces roches, ainsi que la faune et la flore du parc national.

Prochain arrêt un peu après midi, le Lac Thétis, tout proche du petit village de Cervantes. Curiosité du coin : les stromatolites, sortes d’agglomérats de « fossiles vivants », des bactéries qui produisent de l’oxygène. Descendants quasi inchangés des premières formes de vie sur terre ! Après en avoir entendu parler à maintes et maintes reprises par mon prof de zoologie en première année de bachelor, voilà que je les vois de mes propres yeux. Un grand moment ! 😉

On pique-nique à cet endroit, car il est déjà 13h et on a faim, puis on reprend la route. La prochaine étape est le village de Jurien Bay, à même pas 30 kilomètres de là ! En chemin, on s’arrête quand même près d’un robinet d’eau et l’on se creuse la tête pour comprendre comment fonctionne notre chasse d’eau, dont on a oublié de remplir le réservoir hier.

A Jurien Bay, on fait des mini-courses pour compléter nos provisions, et on s’arrête boire un verre au sympathique Jetty Café, au bord de l’océan. On rencontre une tablée de Colombiens (en train de manger leur dîner à 16h, même à l’autre bout du monde), assis juste à côté de nous. Chris sourit d’une oreille à l’autre : ce n’est pas souvent qu’on entend de l’espagnol dans ces lointaines contrées !

Les cafés ferment tôt aujourd’hui, car c’est samedi de Pâques. On plie bagage, on fait un petit tour sur la jetée où l’on croise plein de pêcheurs, apparemment activité privilégiée par les familles en vacances, puis on revient au van. On arrive 15 minutes plus tard sur une aire de repos un peu éloignée du village. On est quasiment tout seuls au milieu des eucalyptus avec une superbe lumière de fin de journée… J’écris un article de blog tandis que Chris, qui s’est trouvé une passion pour le dessin, couvre notre carnet de voyage d’œuvres d’art. Ce soir, on fait cramer les oignons dans la poêle en cuisinant, ce qui déclenche à plusieurs reprises l’alarme incendie de PapyVan ! Oups 🙂

Jour 171: dimanche 21 avril 2019

Debout, on a rendez-vous avec les otaries en ce dimanche de Pâques !

Les yeux tout collés (il est 6h30), on s’habille et on conduit les 20 kilomètres qui nous séparent de Jurien Bay, pour aller déjeuner sur le parking de la marina. Une magnifique journée sans un seul nuage s’annonce, mais pour l’instant, il fait encore bien frisquet et on a de la peine à s’imaginer plonger dans l’eau… et pourtant, c’est ce qui nous attend !

A 8h, on embarque sur l’un des bateaux de Turquoise Safari, qui nous accueille à l’australienne, méga détendu : “Il fait froid ? No worries ! Tiens, voilà une combinaison !” Heuuu… Ouais, elle s’arrête à mi-cuisse la combi quand même.

Quinze minutes de bateau sous le soleil avec la musique à fond, et on arrive au large d’Essex Rock, une petite île qui fait partie du parc national marin de Jurien Bay. Cette île est habitée par une colonie d’otaries qui s’y repose après de longues heures de pêche au large. On les voit dormir, marcher, jouer et se battre, pour les plus jeunes, sur la petite plage de l’île !

Un autre bateau est arrivé avant nous, et en est déjà à l’étape “mise à l’eau des touristes”. Le discours d’explications de notre capitaine est donc ponctué de “Hiiiiiiiii” hurlés par les gens qui sautent dans l’eau. C’est bien ce qu’on pensait, elle est méga froide ! 😉

On y va quand même ; ce serait dommage de louper ça ! On voit déjà quelques otaries nager vers les groupes de gens déjà à l’eau, sortant de temps en temps la tête de l’eau pour respirer et pour qu’on puisse admirer leurs belles moustaches. En fait, c’est pas si froid que ça, on s’attendait à pire vu les cris ! L’air matinal est probablement plus frais que l’eau… (On ne dira plus ça lorsqu’on sortira gelés dans 1 heure !)

Le courant est puissant : il faut lutter pour rester où l’on veut et nager dans la direction d’une otarie qui pointe le bout de son nez ! Ici, pas de distributeur de nourriture où quoi que ce soit, ce qui nous plaît bien. Les otaries sont naturellement joueuses et curieuses de venir nager avec les touristes. 🙂

Soudain, il y en a une qui passe juste sous les jambes de Chris ! Mais il n’était pas prêt et n’a pas pu dégainer la GoPro assez vite, zut ! Quant à moi, je tente de nager à contre-courant et manque de peu l’otarie qui me passe juste devant. Pas grave, c’est furtif mais c’est trop chouette de les voir nager si près ! On voit de temps en temps leur tête sortir de l’eau, c’est trop mignon 🙂

Après une bonne heure dans l’eau, je claque tellement des dents que je décide de remonter sur le bateau. Sauf que ce n’est pas le bon ! Oups. Je tente de me réchauffer 2 minutes mais avec la petite brise qui souffle, c’est encore pire que dans l’eau, donc je replonge. On reste encore un moment dans l’eau ; je m’agrippe à Chris pour ne pas me faire emporter par le courant, et on scrute les eaux pour voir encore quelques otaries passer…

Il fait -8000°C quand on remonte sur le bateau (le bon, cette fois). On a les lèvres bleues et nos mains tremblent tellement qu’on renverse la moitié du thé que nous sert Betsy, la fille du capitaine ! 😉 On rentre au port en musique, contents de l’expérience et enfin réchauffés par le soleil…

La plage de Jurien Bay est très bien aménagée avec un grand parc, des barbecues, des toilettes et… des douches !! Aaaaaah une bonne douche froide avec vue sur l’océan… Mais comment fera-t-on lorsqu’on sera de retour en appartement ? 😉

En fin de matinée, on passe faire un tour au Lion Market, un marché d’artisanat qui se tient justement dans le village pour le dimanche de Pâques. Pots de fleurs, vêtements, cosmétiques maison, livres, hot-dogs… Tous les classiques des marchés sont là, même si ce n’est pas très grand !

Au lieu d’un pique-nique, on dîne de nos restes de poulet-curry-coco, sur nos chaises, au soleil, dans le parc au bord de la plage. Trop beau. On adore notre vie de voyageur ! 😉

Après un passage à la dump station du village et un nettoyage complet de PapyVan, on se pose pour le restant de l’après-midi sur le parking devant l’office du tourisme afin de geeker sur le blog. Heureusement, on a trouvé une place à l’ombre (le soleil tape fort !), et malgré la fermeture de l’office pour le week-end de Pâques, leur wifi est resté allumé.

En fin d’après-midi, on s’arrête à la jetée du village pour admirer un magnifique coucher de soleil… Les couleurs sont splendides !

Il y a une bande de filles de 14 ans qui prennent des selfies, bouches en cul de poule et ongles manucurés, alors on tente de les imiter, et je dois dire que le résultat est incroyable. 😉

Retour à notre aire de repos favorite pour souper et y passer la nuit…

 

Odyssée en PapyVan, Episode 1 – L’itinéraire de cette étape (375 km) :

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 comments