• Menu
  • Menu

Jours 161-162: Ceux qui arpentent le berceau de la montagne

Rossarden-Lauceston, Tasmanie, Australie.

Jour 161: jeudi 11 avril 2019

Vu le manque de connexion wi-fi (ce qui n’est pas plus mal), notre blog prend un peu de retard… Aujourd’hui nous consacrerons donc quelques heures au site internet et en profiterons pour faire une sauvegarde de nos images.

Avant cela, nous quittons l’aire de repos de Rossarden, où nous avons passé la nuit, et nous engageons sur l’unique route qui nous mène à Launceston, deuxième ville de Tasmanie, à une centaine de kilomètres de là. Launceston possède une bibliothèque, et c’est ici que nous prenons nos quartiers pour la fin de la matinée jusqu’en début d’après-midi ! Nous avons parqué Happy Van Jr. à deux blocs du bâtiment, sur une place qui heureusement était plutôt large.., Pas évident de manœuvrer un campervan dans une ville !

Nous ne voyons pas le temps passer tellement nous sommes absorbés par la rédaction des articles et le chargement de nos appareils multimédia que nous en oublions même de manger ! Aux environs de 14h30, nous sortons enfin de la bibliothèque pour aller faire quelques courses. Sauf qu’en reprenant le campervan, nous remarquons que nous avons un joli papier sur le pare-brise : une contravention ! Ils ne rigolent pas avec le temps de stationnement ; nous avions payé pour 3 heures mais avons dépassé le temps permis d’une demie heure ! Cela nous coûte AUD 25.- (env. CHF 18.-), ce qui reste plutôt raisonnable comme amende… On ne va pas s’en plaindre.

No worries, nous passons d’abord faire les courses puis nous nous rendons à la mairie pour payer la contravention, après un passage par le bureau de police pour finalement nous informer qu’il faut payer à l’hôtel de ville. Logique non ? 😉

Il est 15h et nous n’avons toujours rien avalé… La faim se fait sentir ! Direction Cataract Gorge Reserve, dans la banlieue de Launceston. Selon WikiCamps, il y a des douches chaudes et gratuites, je répète, des douches chaudes et gratuites !!!

Pour les trouver, il faut les mériter. Nous partons du centre-ville pour arriver au parc de Cataract Gorge, mais la montée qui nous y mène est impressionnante… des virages serrés sur une route étroite en flanc de colline ! Camille se cramponne au siège, je suis à la manœuvre et m’engage sur cette pente… Mon front commence à goutter, intérieurement je me dis que nous pouvons le faire, extérieurement je n’en mène pas large !

Rue à éviter si vous êtes à Launceston ! – GoogleMaps

Premier virage, la carrosserie frotte contre l’asphalte et fait un boucan d’enfer… Coup de gaz pour m’en extirper. Le deuxième virage arrive rapidement, à peine le temps de respirer qu’il faut déjà donner un coup de volant, je ne relâche pas les gaz ! Pas de frottement cette fois-ci, mais ce n’était pas loin… Apparemment la route est à double-sens, on peut croiser une voiture descendant à tout moment… Nous croisons les doigts pour qu’il n’y en ait pas ! Le troisième virage, accélération puis coup de volant au bon moment… Le quatrième pareil, je prends de l’assurance. Cinquième, puis sixième, jusqu’au huitième virage sans casse ! Ouf de soulagement, nous y sommes parvenus, mes vingt ans d’expérience au volant m’ont aidé sur ce coup !

Enfin nous arrivons au parc tant attendu pour manger tout d’abord, puis nous doucher ensuite… Mais on réalise que nous nous sommes trompés d’endroit, les douches se trouvent sur l’autre colline… On en rigole, nous n’aurions jamais dû prendre cette route en lacets 🙂

Camille prend le volant, mais cette fois, nous nous assurons de ne pas devoir repasser par le même chemin. Une vingtaine de minutes plus tard, nous voilà à l’endroit de la douche. Il s’agit en fait de la piscine municipale qui propose des vestiaires et des douches. Chaudes et gratuites, vous l’ai-je déjà dit ?

Ooooh mais comme ça fait du bien !!! De retour au campervan, tout revigorés et sentant bon le shampoing, nous décidons de rouler une bonne centaine de kilomètres pour nous approcher de Cradle Mountain.

Ma foi, nous conduirons avec une visibilité réduite la nuit. Je laisse le volant à Camille pour ce soir en espérant ne pas avoir à exécuter un freinage d’urgence. Mais nooooon pas parce qu’elle conduit mal ; plutôt pour éviter de shooter un diable, un possum ou un kangourou !! Selon notre application préférée, le site de campement se trouve en bord de route. Lorsque nous nous engageons au lieu dit, nous ne trouvons aucun endroit correspondant. Difficile de faire demi-tour sur un pont de nuit, et nous nous éloignons de plus en plus. Mais Camille s’y prend bien et arrive à nous remettre sur le bon chemin pour enfin trouver notre site pour la nuit.

Sacrée journée ! Nous n’avons pas vu beaucoup de paysages incroyables, mais à vivre l’ascenseur émotionnel (des douches chaudes ET gratuites !!!), c’est comme si nous avions passé une journée épuisante 🙂

Cradle Mountain National Park, Tasmanie, Australie.

Jour 162: vendredi 12 avril 2019

Nous sommes à une dizaine de minutes de l’entrée du parc national de Cradle Mountain, un des parcs les plus populaires de l’île mais aussi de l’Australie entière. Ce parc eut abrité des communautés aborigènes par le passé et fut sacré pour eux… Il abrite également une faune abondante et est un paradis pour le randonneur qui s’y aventure !

Depuis notre campement, nous roulons les quelques minutes qui nous séparent du bureau d’accueil. Vu le nombre de places de parc disponibles, ça doit être bien fréquenté en haute saison… Une fois sur place, nous prenons le petit-déj’ sur le parking et remarquons déjà les dizaines de randonneurs qui viennent parquer leur voiture. Nous ne sommes pas pressés, les navettes sont proposées toutes les 10 minutes. Car oui, le parc est tellement grand que selon les balades que le randonneur souhaite entreprendre, il peut décider de partir de l’un ou l’autre des arrêts disponibles. Nous partirons depuis Ronny Creek, à une vingtaine de minutes du parking en navette.

Ça y est, après avoir pu apercevoir la beauté de ce parc depuis la vitre du bus, nous arrivons au point nommé. Une belle balade qui démarre à travers la vallée, sur un chemin balisé en bois spécialement aménagé pour ne pas abîmer le sol. La vallée s’étend sur plusieurs kilomètres et la vue que nous avons est surprenante… Des buissons ronds ressemblent à des medicine balls sur lesquelles on voudrait bondir de l’une à l’autre.

Le chemin est plat, pour l’instant, ce qui nous permet d’être à l’affût du moindre animal qui déciderait de se montrer. La balade se poursuit et une petite montée s’ensuit ; de là, nous pouvons admirer des cascades à travers la forêt.

Par la suite, ça grimpe un peu plus et nous pouvons voir une partie de la vallée. Nous passons de l’autre côté et sommes entourés par un paysage plus montagneux… Nous arrivons au bord de Crater Lake, comme son nom l’indique un lac formé dans un ancien cratère. Le panorama est magique avec les montagnes qui se reflètent dans l’eau azur du lac… Nous profitons de cette sensation de sérénité que dégage l’endroit !

La randonnée continue, la passerelle en bois disparaît et depuis là commence un chemin qui traverse un pierrier avec une inclinaison plutôt élevée. Le sentier est escarpé et la difficulté s’accentue, une chaîne a même été installée comme main courante pour aider lors de la montée. Notre but est d’arriver au point de vue tant attendu : Marion’s Lookout, d’où l’on peut avoir une vue à 360 degrés sur les montagnes et vallées environnantes, sans oublier les lacs et leurs couleurs époustouflantes. Avec un tel panorama, nous décidons de rester assis à contempler cette beauté de la nature !!

Pas trop longtemps non plus, car la descente est plutôt exigeante et il ne faudrait pas se blesser en glissant… Nous marchons à travers le flanc de montagne puis retrouvons le chemin balisé lorsque la pente est moins inclinée. Toujours pas de trace d’un diable de Tasmanie ou d’un wombat, autre animal natif du coin… Même lorsque nous arrivons à la Wombat Pool, sa “piscine”, nous ne le voyons pas. Plutôt que de se morfondre, nous nous émerveillons devant ce lac et le paysage qui s’y reflète : incroyablement beau !

Nous poursuivons jusqu’au Lilla Lake, et terminons la balade au Dove Lake, au cœur du parc, avec en arrière-plan le Mont Cradle et ses pics acérés. Le temps est parfait, ensoleillé mais sans que le soleil ne tape trop, avec une légère brise qui rafraîchit lorsqu’elle se renforce… Bref, la journée idéale !

La navette repart cette fois depuis Dove Lake pour nous ramener au parking du bureau d’accueil. Pendant le trajet du retour, j’aperçois deux wombats ; malheureusement, le temps que Camille se retourne, la navette a déjà avancé et nous sommes trop loin pour les voir…

Il est environ 14h et nous voulons nous rendre au St Clair Lake avant le coucher de soleil. Nous devons contourner le parc par l’ouest, le lac se trouvant au sud ! Or le Lac St Clair, point de départ des randonnées dans la zone sud du parc national, est à 200 kilomètres et le soleil se couche vite en Tasmanie…

Nous roulons jusqu’au Lac St Clair, mais le bureau d’accueil est déjà fermé. Tant pis, nous ne nous lancerons pas dans une marche cette fois, mais nous apprécions juste sa beauté avec les couleurs sombres du soleil qui se couche et la lune croissante. Splendide !

En tant que backpacker et, actuellement, en campervan, nous sommes à l’affût de tout point d’eau pour remplir nos gourdes, faire la vaisselle, ou encore mieux, prendre une douche… Ce soir c’est la vaisselle que nous faisons. Camille s’y colle ! La pauvre, ses mains étaient bleues après la vaisselle, tellement l’eau était glaciale… Je pense que si je l’avais faite, j’aurai perdu mes mains 🙂

L’étape de ce soir devait être un site de campement à une centaine de kilomètres du Lac St Clair, mais vu l’obscurité, nous ne voulons pas risquer d’écraser les animaux nocturnes. Nous ne ferons donc qu’une trentaine de kil’ pour trouver un spot gratuit au bord du Lac Binney, sous les arbres, en marge de la route. Le ciel est étoilé mais la fraîcheur de la nuit nous empêche de traîner dehors pour les admirer… Vite, souper dans le campervan et au lit pour se réchauffer. La journée fut parfaite avec tant de superbes paysages, un coup de cœur en Tasmanie !

P.S. Pour celui qui est passionné de marche, le parc national propose une randonnée qui peut se faire sur 6-7 jours afin de traverser le parc complètement, du nord au sud : l’Overlander Track, 80 km… A bon entendeur 😉

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *