• Menu
  • Menu

Jours 141-142: Ceux qui vivent à l’heure fidjienne

Naviti Island, Fidjis.

Jour 141 : Vendredi 22 mars 2019 

Il est 14h35, la clim’ du ferry fonctionne à plein régime ; il fait presque froid ici, et nous nous réjouissons d’arriver ! Quelques dizaines de minutes d’attente supplémentaire, et ça y est, le bateau annonce notre arrivée au large du groupe d’îles qui nous concerne. L’opératrice nous demande d’identifier nos bagages, tout est bien organisé : d’un côté la file qui part en direction des îles à l’est, de l’autre celle en direction de l’ouest.

Pendant que les files se mettent en place, les petits bateaux des hôtels débarquent les clients dans le bateau principal, puis embarquent avec les nouveaux arrivants, bagages déchargés et chargés en moins de temps qu’il ne faut pour atteindre l’embarcation depuis le ponton du bateau principal.

Nous apercevons au loin le Korovou Resort, sur l’île Naviti. Nous sommes avec Flo, Alice et Sarah, les trois Anglaises rencontrées à Coralview, ainsi qu’avec deux Allemandes, dont l’une se déplace en béquilles… Elle nous explique qu’elle s’est tordue la cheville la semaine passée à Christchurch, en dansant sur une table qui s’est elle-même brisée ! A-t-elle voulu renoncer à ses vacances aux Fidjis ? Non, elle passera sa semaine sur les îles avec ses béquilles ! Remarquez, l’endroit est idéal pour récupérer d’une telle blessure 🙂

Nous sommes serrés dans cette petite embarcation : entre nous, nos sept sacs et le matériel déjà dedans, il n’y a plus de place pour quoi que ce soit d’autre. Oscar et Jeff, respectivement l’animateur de l’hôtel et le chauffeur du bateau, se présentent et nous souhaitent la bienvenue. La marée a baissé et nous ne pouvons pas approcher davantage de la plage. On nous fait descendre et continuer les quelques cinquante mètres qui nous séparent de la plage, les pieds dans l’eau tiède, tandis que l’Allemande aux béquilles fait le trajet sur le dos de Jeff.

Nous sommes accueillis par le son de la guitare accompagné d’un chant fidjien, et du traditionnel ‘Bula’. Ici, pas de boisson offerte en guise de bienvenue, mais plutôt un discours à propos des règles à respecter et des activités proposées ! La responsable de l’hôtel nous amène dans l’immense dortoir qui comprend une quinzaine de lits. Le resort est nettement plus grand que celui de Coralview, le staff y est également plus nombreux. Même si on ne ressent pas la même ambiance “familiale” qu’à Coralview, les gens sont très accueillants et l’endroit tout aussi paradisiaque ! En haute saison, le personnel doit être constamment sollicité…

On a vite fait de choisir nos lits et déposer nos sacs pour enfin se rendre à la plage… Quelques hamacs ont été installés sur le sable, entre deux cocotiers. Cela donne un charme supplémentaire à ce lieu isolé ! Une boisson chaude (c’est vrai qu’il ne fait pas assez chaud) nous est proposée à 15h, une sorte de goûter…

Avant de poursuivre notre récit, et pour partager un p’tit peu de cette sensation que nous avons depuis que nous sommes arrivés aux Fidjis, imaginez-vous sur cette plage et pensez à tout ce que vous pourriez ressentir… Par exemple, la chaleur qui vous enveloppe, le bruissement de l’eau, la brise qui caresse votre peau, le léger balancement du hamac, la sensation du sable sous vos pieds nus, etc… Maintenant cliquez sur l’image ci-dessous puis fermez les yeux quelques instants, peu importe combien de temps, mais faites une pause et laissez faire votre imagination !

 

 

 

Roulement de tambour à 16h (précis ces Fidjiens), match de volley ! Pas de beach-volley sur le sable, mais du volley sur l’herbe à cause de la marée haute… Tous ceux qui veulent sont conviés à venir jouer, même le personnel y participe. A force de jouer tous les jours, le staff joue très bien et commence à frapper fort la balle… D’ailleurs, petit à petit, les touristes quittent le terrain, car certains n’ont plus de plaisir comme ça 🙁 Je joue un bon moment, pendant que Camille prend des photos…

Le soleil étant en train de se coucher, nous allons nous poser sur la plage et admirer ce tableau naturel, époustouflant de beauté, comme si c’était une peinture faite des plus belles couleurs !

Vers 19h, nous entendons le roulement de tambour nous indiquant qu’il est l’heure de souper. Ici, nous mangeons tous à la même heure et à la même table. Le souper est suivi d’une animation préparée par le staff : danses traditionnelles, chorégraphies musicales et autres jeux auxquels les touristes participent. Très drôle, musique à fond, on joue tous le jeu et on rigole bien !

Après les animations, nous échangeons avec Abo, animateur du resort. Il nous explique qu’il a joué pour l’équipe nationale de rugby des M21. Il s’est blessé à l’épaule lors d’un match et s’est reconverti en animateur touristique, mais il espère un jour remettre le maillot fidjien… Sa blessure est arrivée lorsqu’il a joué contre l’équipe des Samoa, apparemment encore plus impressionnants physiquement que les All Blacks de Nouvelle-Zélande. Nous osons à peine imaginer la taille de ces bonhommes… Abo est lui déjà bien massif et de grande taille, je parais bien frêle à côté de lui !

Cette nuit, nous pouvons difficilement voir les étoiles dans le ciel à cause des nuages. Nous irons donc nous coucher après cette discussion très intéressante avec Abo… Le balnéaire on aime bien, mais quand on peut échanger avec des locaux, ça enrichit encore plus l’expérience ! 🙂

Jour 142 : Samedi 23 mars 2019 

Aucun réveil n’est nécessaire vu le nombre de personnes présentes dans le dortoir : chacun se réveille et se lève au fur et à mesure que nous approchons de l’heure du petit-déjeuner. Nous prenons le nôtre aux environs de 8h. Le soleil est éclatant ce matin, nous allons pouvoir améliorer notre teint de peau ! 🙂

Et voici la liste non-exhaustive des activités de ce matin : lecture au bord de la piscine car la marée est basse, jeu de balle avec Flo, Sarah et Alice dans la piscine, méditation en pleine conscience, balade sous les cocotiers au bord de la plage… Pfiou, c’est presque plus fatiguant d’écrire que de pratiquer ! 😉

Avec tout ça, nous oublions presque qu’il faut dîner. Nous sommes appelés pour le repas aux environs de midi. Après le repas, Oscar nous convie à une démonstration de râpage de noix de coco. Nous assistons au découpage du fruit tel qu’il est lorsqu’il tombe du cocotier, et pouvons boire son nectar directement depuis la noix de coco. Il la coupe ensuite en deux et chacun à son tour peut râper à l’aide d’un outil que tous les fidjiens utilisent. La noix de coco est utile pour l’artisanat, la cuisine, la peinture, les soins et bien sûr ses feuilles pour le tressage de paniers ou autre… Très intéressant !

Juste après cette démonstration, nous nous dirigeons sur l’embarcation qui nous emmènera au ferry, car nous changeons d’île cet après midi. Nous nous rendons sur l’île de Wayalailai pour dormir chez l’habitant et tenter une expérience avec les locaux… Car être dans un resort nous coupe un peu de la vie réelle de ces gens si souriants et accueillants !

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *