• Menu
  • Menu

Jours 126-127: Ceux qui habitent dans un van… West Coast

West Coast, Nouvelle-Zélande.

Jour 126: jeudi 7 mars 2019

Réveil au son des bourdons… Le lieu est envahi de ces “bumblebees” qui font des ricochets contre le van ! Ça fait du bien de ne pas mettre de sonnerie, après 3 matins à 6h45 pour échapper au ranger de Motueka.

On déjeune avec une belle vue (mais pas de café car on est toujours à court d’eau !), puis on entame la route vers 9h, direction la côte ouest.

Deux heures à travers un “désert de forêt”… Ici encore plus que dans le reste du pays, la végétation est reine, car c’est une région extrêmement humide : la chaîne des Alpes arrête les nuages qui viennent de la Mer de Tasmanie, du coup il pleut très souvent ! Sauf qu’aujourd’hui on a de la chance : grand ciel bleu, et des couleurs de fou ! 🙂 Ça tournicote à travers une forêt incroyablement dense… Quelques hameaux sur la route, mais sinon rien, pas de signe de vie…

Vers 11h30, on arrive à Punakaiki. On veut s’arrêter voir les Pancake Rocks, une curiosité géologique de la région ! Il s’agit de rochers “empilés” par couches à l’horizontale, comme des piles de crêpes, ou des jetons de poker… Ils sont juste sur la côte et forment des arches dans lesquelles l’eau vient s’engouffrer avec des grondements et des vagues d’une hauteur impressionnante qui s’écrasent sur les parois !

On se balade autour de ces rochers, et ça nous donne faim (…) ; on pique-nique donc dans le parc du centre d’infos, pas loin de la route. Y’a plein de wekas, ces oiseaux endémiques qu’on a déjà pu observer pendant le trek d’hier à Abel Tasman !

En début d’après-midi, on reprend la route pour Greymouth, à 45 minutes de là, pour aller squatter la bibliothèque. On a vraiment besoin de charger l’ordi pour avancer sur le blog, et dans les biblios le wifi est généralement gratuit… Le temps passe, on geek tout l’après-midi !

La bibliothèque ferme à 17h, mais on continue encore une petite heure sur un banc à l’extérieur, comme à Motueka… Entre-temps les nuages sont arrivés et on a tout juste le temps de ranger les affaires avant qu’il ne commence à pleuvoir.

Comme on n’a que moyennement envie de cuisiner sous la pluie, on passe acheter 2 parts de quiche chaudes dans un take-away du centre ville, puis on se déplace au parking de la piscine municipale pour la nuit. On voulait déjà entamer un bout de route vers le sud mais avec ce temps et vu l’heure, on se dit qu’il ne faut pas trop tarder à trouver un endroit pour la nuit, car les places vont rapidement toutes être prises… Prédiction complètement fausse, on est seuls au monde dans notre parking ! 🙂

On regarde tomber la pluie en mangeant nos quiches, puis on profite d’une accalmie pour installer le lit et se préparer à dormir. Il est encore tôt, mais on est déjà sous le duvet !

Jour 127: vendredi 8 mars 2019

Il a plu toute la nuit, et il pleut encore des cordes quand on se réveille ! On prépare le déjeuner sous l’abri du coffre et heureusement, la pluie s’arrête peu après et les nuages commencent à se dégager.

C’est parti vers 9h30 ! Vers le sud, toujours vers le sud… On ne peut pas se tromper, y’a qu’une seule route sur le côte ouest. A droite, la Mer de Tasmanie, à gauche, la chaîne des Alpes ! Bientôt, le ciel se dégage complètement et on a droit à une autre journée splendide. Qui a dit qu’il pleuvait tout le temps sur la côte ouest ? 😉

On a 5 heures de route jusqu’à Wanaka par le col de Haast, mais au final ça nous aura pris… 8 heures 30. Y’a tellement de points de vue, de petites balades de 5 à 30 minutes pour aller voir des cascades, qu’on s’arrête tous les 10 kilomètres ; sacrée route panoramique ! Les Billy Falls, les Thunder Falls, la crique de Ship, le col de Haast… et les Blue Pools, un embranchement de 2 rivières où l’eau est translucide, avec de magnifiques reflets verts… Faudrait renommer l’endroit, mais c’est vraiment beau !!

Le panorama serait parfait s’il n’y avait pas… les sandflies. On découvre malgré nous cette plaie de l’île du sud, une toute petite mouche noire qui pique bien fort… Aucun danger, elle n’est pas venimeuse, mais p**** qu’est ce que ça gratte !!!! Pire que des moustiques… De mon côté ça va encore, quelques piqûres sur les chevilles et sur les bras, mais Chris est littéralement pris pour cible universelle de toutes les sandflies de la région. Le pauvre, il est forcé de battre en retraite dans le van pour pique-niquer, et gesticule dans tous les sens tout l’après-midi ! Après quelques petites marches dans la forêt, il a néanmoins choppé le truc et mis au point une chorégraphie anti-sandflies. Du grand art, j’y assiste en avant-première ! 😉

Vers 17h, on arrive à la pointe nord des lacs Wanaka et Hawea… WAOUH. Splendide. Incroyable. Magnifique. Sublime. Dingue !!!! Les paysages sont à couper le souffle, avec ces énormes étendues bleu profond devant les grosses collines dorées et le vert des buissons…

La route panoramique qui descend jusqu’au village de Wanaka, au sud du lac du même nom, nous prend 1 heure tellement on s’arrête à tous les points de vue ! On prend notre pied à conduire sur des routes aussi belles. 🙂

On arrive vers 18h au “service hub” de Wanaka, un endroit mis à disposition des campeurs avec plein de services proposés : douches chaudes (!!!), wifi gratuit, robinet d’eau potable, possibilité de faire la vaisselle… Génial ! On se lave, on range le campervan, on trie nos déchets, on met à recycler nos bonbonnes de gaz vides, on profite du wifi, on remplit la bouilloire et nos gourdes… puis on quitte l’endroit et on va faire quelques courses au supermarché alors que la nuit tombe.

Pour dormir ce soir, on se dirige vers un camping un peu à l’extérieur de Wanaka, sur la route en direction de Tekapo, notre prochaine destination. On cuisine rapidement et on mange notre souper sur les sièges avants, car il fait déjà nuit.

C’est quand on ressort pour se brosser les dents qu’on reste ébahis devant le spectacle naturel qu’on a sous les yeux… Un plafond d’étoiles qui scintillent comme on en a jamais vu, des millions d’étoiles !!! Et la traînée blanchâtre de la Voie Lactée… C’est incroyable, magique. Tous les campeurs sont dehors, le nez en l’air et chuchotent “T’as vu… C’est complètement fou !!!”

Dans la nuit noire, tout le monde s’affaire à installer des chaises, des tabourets, des coussins ou des couvertures pour contempler ce ciel de malade, et sort les appareils photos pour bidouiller les réglages. De notre côté, on doit essayer différents réglages pendant un bon moment, mais le résultat est plutôt pas mal ! Ouverture maximale, vitesse de 30 secondes, avec trépied bien sûr…

On s’endort tard, après avoir passé une bonne heure à contempler la magie du ciel, des étoiles dans les yeux…

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *