• Menu
  • Menu

Jours 100-102: Ceux qui se jettent à l’eau

Mendoza, Argentine.

Jour 100: samedi 9 février 2019

Nous nous réveillons en pleine forme après cette nuit de bus, longue de 23 heures. Le service proposé par cette compagnie est irréprochable et nous avons même droit à plusieurs snacks en route 🙂

Il est vraiment très tôt lorsque l’on pose les pieds à Mendoza, une des plus grandes villes d’Argentine. Le soleil se lève, la population se réveille peu à peu. Nous nous dirigeons à notre auberge, où nous avons réservé les trois premières nuits, le Windmill Hostel.

Comme le check-in se fait à partir de 14h seulement, nous décidons de squatter la salle commune pour y charger nos appareils et utiliser leur wi-fi. Saky devrait nous rejoindre dans le courant de la matinée ! Lui est déjà arrivé à Mendoza hier, mais il s’est logé ailleurs. Nous passons la matinée et une bonne partie de l’après-midi à mettre à jour le blog, à discuter avec Saky et Mumu, et à réfléchir aux activités que nous souhaitons faire ces prochains jours… L’auberge décide de nous attribuer notre propre dortoir pour les quatre, c’est la classe !

Ce soir, nous retrouvons Isabelle, la sympathique française rencontrée à Isla del Sol, puis revue à Arequipa, et à Cusco. Elle est actuellement volontaire dans une autre auberge et nous invite à un asado, plat typiquement argentin qui consiste à griller la viande dans un feu de bois, qui est organisé là où elle bosse.

Mumu, Camille et moi nous rendons au Gorilla Hostel. Isabelle nous y accueille, c’est tellement cool de la revoir ! 🙂 Elle nous présente Kémi, jeune française également volontaire dans la même auberge. Saky, lui, est allé faire un tour de son côté et nous rejoint dans la soirée.

La viande se trouve déjà au feu et nous prenons place avec les voyageurs logeant dans l’auberge. Nous faisons la connaissance de plusieurs personnes francophones, quelques argentins et américains. L’ambiance est super détendue, le vin aide à améliorer son espagnol pour certains 🙂

Demain, nous nous reverrons les six, Isabelle, Kémi, Saky, Mumu, Camille et moi, pour une journée de rafting. Nous voulons un peu d’aventure, alors Isabelle a réservé cette activité à faire en groupe, qui aura lieu à Potrerillos, un village environnant. Pour cela, nous devons prendre le bus et nous lever tôt pour nous rendre au terminal. La soirée s’écourte pour nous, il est 23h quand nous décidons de retourner à notre auberge. Demain nous vivrons une nouvelle aventure !

Jour 101: dimanche 10 février 2019

Aujourd’hui, 6 jeunes participants ont rendez-vous avec l’histoire. 😉 Le groupe formé par Camille, Chris, Mumu et Saky a rendez-vous au terminal de bus avec Isabelle et Kémi pour aller faire du rafting à Potrerillos, à 1 heure 15 de Mendoza. Cette bande d’amis franco-belgo-helvetico-greco-peruviano formera l’équipe de 6 qui descendra en rafting une partie du Rio Negro. Le départ du bus est à 8h30 et l’activité du rafting commence à 11h depuis le camp de base.

Il faut savoir qu’à Potrerillos l’équipe doit se débrouiller pour se rendre à 6 km de là, où le camp de base est installé. Comment vont-ils faire ? A quels moyens vont-ils recourir pour atteindre leur objectif ? Suspense !

Déroulement express de la journée :

7h00 Le réveil sonne
7h24 Camille et Chris sortent du lit, le petit déjeuner sera bientôt servi
7h33 Camille et Chris sont les premiers à prendre place dans la salle commune

Camille et Chris forment le premier binôme. Ils sont en couple dans le quotidien et sont partis en tour du monde pendant une année. Cette activité leur permettra de dépasser leurs limites !

 

7h38 Mumu les rejoint
7h40 Saky les rejoint à son tour, mais Camille et Chris ayant déjà fini de déjeuner, et vont donc finir de se préparer

Mumu, amie de longue date de Camille, voyage en solo depuis plus d’un an et a rencontré Saky en même temps que Camille et Chris. Saky, Gréco-belge, quant à lui, voyage en solo mais depuis quelques semaines seulement et à rencontré Mumu, Camille et Chris à Bariloche, après une sortie en VTT. Mumu et Saky formeront donc le deuxième binôme de cette aventure.

Mumu
Saky

 

 

 

 

 

7h50 Départ pour le terminal de bus, à 15 minutes à pied de l’auberge
8h08 Arrivée des 4 au terminal à la recherche de la compagnie de bus qui les amènera à Potrerillos. Deux minutes plus tard, ils se placent dans la file, celle-ci comporte une dizaine de personnes déjà
8h12 Isabelle et Kémi se joignent au groupe et l’équipe est au beau complet

Isabelle, Française de Bordeaux, voyage en solo depuis quasi 2 ans et a rencontré le couple Camille et Chris lors d’une galère vécue entre la Bolivie et le Pérou. Kémi, Française elle aussi, travaille comme volontaire dans la même auberge qu’Isabelle. Elles ne se connaissaient pas avant.

Isabelle (à gauche) et Camille
Kémi (à droite) et Mumu

8h21 Les billets sont achetés, il faut se dépêcher de monter dans le bus
8h27 L’équipe s’éparpille dans le bus, Chris et Camille côte à côte, Saky et Mumu également, Isa et Kémi de leur côté
8h33 Départ du bus, Chris dort déjà, quel phénomène, on dirait que l’adrénaline ne monte pas chez lui!
9h47 Arrivée à Potrerillos. L’équipe doit encore se rendre à 6 km de là, au camp de base de la compagnie qui propose la descente en rafting. Aucun bus ne s’y rend puisque le lieu se trouve à côté d’une route nationale. En temps de marche, cela représente quasi 2 heures et donc le rafting tomberait à l’eau (ha ha quel jeu de mots). Comment le groupe va-t’il faire pour atteindre leur objectif ? La suite arrive, sans page de pub’ !

Potrerillos est un district du département de Luján de Cuyo, dans la province de Mendoza, en Argentine. Le centre de Potrerillos se trouve à 63 km au sud de Mendoza. Le village fut à l’époque formé de fermes et porté par l’agriculture, mais il devint par la suite une zone résidentielle où les touristes et résidents locaux s’y rendent pour se détendre.

9h53 L’équipe perd de précieuses minutes à réfléchir au meilleur moyen de s’y rendre. Isabelle demande à un propriétaire de pick-up s’il peut les y déposer, mais celui-ci ne va pas dans la même direction. Chou blanc !
9h58 L’équipe se place en bord de route et décide d’avancer un maximum à pied, ils feront de l’auto-stop s’ils le peuvent
10h07 Et une centaine de mètres plus loin, le pick-up d’avant décide quand même de les amener sur la route nationale, d’où ils auront plus de chances d’être pris selon le chauffeur
10h10 L’équipe prend place à l’arrière du pick-up tout heureux de pouvoir avancer un bon bout, pensent-ils

L’équipe assise à l’arrière du pick-up – Photo Saky

10h14 500 mètres plus loin, le chauffeur leur indique la direction à suivre pour atteindre la route nationale et de là, ils pourront arrêter les voitures plus facilement… Un regard de compassion est lancé par le couple
10h20 L’équipe est sur la route nationale mais le temps file et toujours pas de moyen trouvé pour atteindre le camp de base. L’équipe décide de s’éparpiller le long de la route pour avoir plus de chances d’arrêter une voiture et d’y monter. La compétition est enfin lancée 🙂
Mumu et Kémi traînent en queue du groupe, mais c’est purement stratégique, elles ont nettement plus de chances d’être prises ! Isabelle et Camille, quant à elles se détachent également et mettent leurs charmes à contribution pour arriver à leurs fins. Quant aux deux mecs, Chris et Saky, ils sont devant et prennent des photos du paysage et sortent le pouce de temps en temps… Qui seront pris les premiers?
10h37 Mumu et Kémi sont perdues de vue, tandis qu’Isa et Camille ont rejoint les deux mecs qui n’avaient aucune chance d’être pris. En fin de compte, il n’y aura pas de binômes, tous forment un groupe très soudé !
10h42 Mumu et Kémi passent devant le reste de l’équipe bien assises dans une voiture tout en narguant leurs coéquipiers ! Mais quel retournement de situation lorsque ladite voiture s’arrête à une dizaine de mètres de là et que le chauffeur accepte de tous les embarquer dans sa petite voiture.
10h43 L’équipe se retrouve assis les uns sur les autres à l’arrière du véhicule, Mumu a pris place à l’avant pour faire causette avec le chauffeur. Ironie du sort, Raphaël, le chauffeur bosse pour la compagnie concurrente à celle avec qui l’équipe va faire sa descente en rafting…

Tous entassés dans la voiture de Raphaël – Photo Isa

10h56 Arrivée de l’équipe au camp de base, toute heureuse d’avoir pu être à l’heure ! Ils auront réussi à nous tenir en haleine. Ils remercient Raphaël pour son aide précieuse
11h05 Voilà l’équipe accueillie par le guide : petit passage à la réception pour signer les décharges et ensuite, direction les vestiaires pour enfiler les combinaisons en néoprène
11h16 L’équipe semble mal à l’aise dans ces combis, elles sont en effet toutes mouillées et ne sentent pas vraiment le neuf
11h24 Crémage en bonne et due forme, même si la combi protège le corps, le soleil tape bien aujourd’hui et leur visage risque de s’en rappeler s’ils ne mettent pas de crème solaire
11h34 L’équipe est prête à en découdre avec la rivière, déterminés comme jamais, ils se prélassent au soleil avant d’être amenés en bus jusqu’au plan d’eau, d’où ils prendront place dans leur rafting
11h45 L’équipe est arrivée à l’endroit où la mise à l’eau sera faite
11h50 Le guide donne les instructions à l’équipe. Il y a des termes que le guide criera durant la balade et le groupe devra agir en fonction de cela. Il explique également que le raft sera suivi par un kayakeur en cas de chute dans l’eau de l’un des candidats. La sécurité est prise au sérieux !
11h57 Voilà, les candidats se mettent timidement à l’eau, alors le guide n’hésite pas à les éclabousser pour les mettre en condition.
12h Ils sont enfin dans l’eau et assis dans le rafting, l’aventure peut commencer. Le guide est placé à l’arrière du raft, tandis que Isabelle et Kémi sont devant lui, suivent Camille et Mumu, et à l’avant du raft, Saky et Chris, les plus exposés aux chutes dans l’eau !

Le rafting est un sport qui consiste à naviguer sur des sections de rivière comportant des rapides appelées “eaux vives” à bord d’un radeau pneumatique (ou raft) manié soit à la pagaie par plusieurs équipiers, soit à l’aviron par un seul individu, ou même exceptionnellement à l’aide de moteurs sur de très grosses rivières. Il existe ce que l’on appelle des classes de rivières. Ce classement définit, en quelque sorte, le « niveau de difficulté » des cours d’eau de 1 à 6 en tenant compte des obstacles, du dénivelé et des rapides que comportent les rivières. Les cours d’eau de classe I sont considérés comme simples tandis que les classes VI sont extrêmement dangereux. Les parcours proposés au grand public sont sur des rivières de niveau adapté et les sorties rafting sont, bien sûr, encadrées par des professionnels qualifiés, assurant une sécurité optimale. Les rivières de classe I et II permettent aux plus frileux de découvrir l’activité sereinement et les rivières de classe III et VI assureront aux plus téméraires une bonne dose d’adrénaline ! L’activité du jour est de catégorie III-VI c’est-à-dire qu’il va falloir bien s’accrocher !

12h et quelques L’équipe descend la rivière, heureux comme des gamins, et subissent quelques secouées

12h et quelques Le premier rapide est arrivé, il va falloir écouter les instructions du guide, faute de quoi quelqu’un se retrouvera à l’eau. Lequel coulera en premier ?
12h et quelques Chris vient d’avaler de l’eau

12h et quelques La descente suit son cours, l’équipe est bien dirigée par leur guide
13h et quelques Tous se mettent à l’eau pour sentir la fraîcheur de la rivière
13h27 L’aventure dans l’eau arrive à son terme

Après l’effort, le réconfort – Photo Isa

L’équipe a bien su gérer les parties difficiles du parcours. Ils arrivent tous sains et saufs au camp de base, et peuvent maintenant célébrer autour d’une bonne bière fraîche. Cependant, il ne faut pas se reposer sur les lauriers, il va falloir trouver un moyen pour retourner à Potrerillos ! Le bus du retour est prévu à 19h30… et comme à l’aller, l’équipe n’a pas de moyen de locomotion pour se rendre jusqu’au village.

Ils ne traînent pas trop au camp de base et retournent sur la route nationale pour entamer à nouveau de l’auto-stop.

Cette fois, deux groupes de trois se forment et s’éparpillent pour avoir plus de chances d’arrêter un véhicule. Mumu, Camille et Chris d’un côté, Isa, Kémi et Saky de l’autre. Certains font preuve d’ingéniosité pour sortir du lot. Entre les chorégraphies de Chris et les gestes des nanas pour appâter les automobilistes, la palme revient à Isa et Saky. Elle a “utilisé” le dos de Saky pour faire arrêter les voitures, c’est ingénieux !

“Potre 6km” – Photo Saky

C’est donc grâce à cette astuce que Isa, Kémi et Saky sont pris par un chauffeur qui les amène directement au village de Potrerillos. Quant au groupe suisse, ils ont de la peine à arrêter les véhicules malgré les chorés de Chris…

Une bonne demie heure d’attente, c’est ce qu’il aura fallu au groupe suisse pour se faire prendre en voiture. Les voilà roulant en direction de Potrerillos. Seulement, ils n’avaient aucune idée jusqu’où le chauffeur les pousserait. Ils se retrouvent donc à quelques kilomètres de Potrerillos, au bord du lac… Ils ont gagné un peu de temps, mais ils se retrouvent toujours trop loin du village !

Ils entament à nouveau un auto-stop, dans l’autre direction. L’attente aura été moins longue, un gentil conducteur fait demi-tour pour les prendre et les amener au centre du village. Tellement gentils ces Argentins !

17h10 Ils sont déposés au bon endroit, et y retrouvent le reste de l’équipe, attablé dans le seul resto du village.

De 17h10 à 19h30, ils vont se promener au bord du lac et profiter de se reposer après tant d’émotions. Le paysage vaut à lui seul le détour.

Une fois l’équipe installée dans le bus à destination de Mendoza, tous se reposent et le retour se passe tranquillement.

A Mendoza, toute l’équipe se sépare, heureux d’avoir vécu cette journée ensemble. Ils se rappelleront de cette aventure !

Par Stéphane R., de Pékin Express 🙂

Jour 102: lundi 11 février 2019

Quel bien ça fait de pouvoir dormir jusqu’à tard et se lever sans réveil ! Nous ne manquons toutefois pas le petit-déj’, car il est servi jusqu’à 10h dans cette auberge 🙂 Comme nous n’avons pas pu prolonger notre séjour ici au Windmill Hostel, nous avons dû réserver un dortoir dans une autre auberge, Mi Independencia Hostel, située vers la place centrale de Mendoza, à une quinzaine de minutes. Il va falloir donc faire nos sacs pour les transporter jusqu’à notre nouvelle auberge.

Nous voulons nous remettre de nos émotions de la veille, alors on ne va rien faire de particulier ce matin. La fin de matinée et le début d’après-midi est consacrée à rédiger quelques articles, mettre à jour le blog et sauvegarder nos photos. En fin d’après-midi, nous avons convenu avec Isabelle de la retrouver pour aller boire un café et se dire au revoir, car elle voyage au Brésil cette semaine !

Pendant que nous sommes concentrés sur l’ordi, Mumu décide d’aller courir pour garder la forme. A son retour, nous allons au centre-ville nous renseigner au sujet des balades à vélos dans la région, ainsi que des balades à cheval.

Aux environs de 17h, nous nous retrouvons avec Isabelle dans un petit café à l’ambiance décontractée, le Bröd. On y passe une bonne heure et demie à discuter et échanger nos expériences de voyage. Avec Isabelle, nous nous disons au revoir. Nous nous reverrons ailleurs, c’est sûr ! 🙂

Photo de groupe, par Saky

Le soir, Isabelle nous invite une dernière fois à son auberge, ce sera soirée pizza ! Elle nous demande de venir vers 21h et d’apporter une pizza pour partager entre nous. Mumu, Camille et moi passons donc par une pizzeria en commander une et nous rendons au Gorilla Hostel.

Nous faisons la connaissance d’un autre Français, dont j’ai oublié le prénom, et profitons de la soirée pour discuter tous ensemble des bons plans dans la région et des bénéfices du voyage… 🙂

Il est quasiment minuit lorsque nous rentrons à notre auberge. Nous sommes dans un dortoir de 10 personnes, alors nous restons discrets et filons dans nos lits respectifs pour nous reposer de cette journée !

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 comments